ELHN Conference 2017 – CFP « Worker’s representations of the world of work »

[Version française]

Worker’s representations of the world of work: « in and for the workers’ world »

 Throughout the 20th century, through their writing, their participation in collective theatre works, their pictorial images and films, European workers have produced representations of the world of work.  Why?  Who are these worker-writers?  Worker-actors?  Worker-film-makers?  Worker-designers and -painters?  What meaning have they given to their productions?

This history of representations of work « in and for the workers’ world » lies close to a history of « amateur  » cultural practices – in writing, theatre, cinema or the visual arts – and should help make these productions legitimate subjects of cultural history « seen from below ».  Such a history must be transnational, particularly sensitive to the circulation of shared models and experiences as well as to the hopeful moments for the emergence of such practices. These practices involved forms of co-construction with individuals based in other social and professional worlds (writers, artists, actors, filmmakers, intellectuals).  A history of such works must pay attention to literary and artistic influences but also to forms of reappropriation of oral culture.  Finaly, it must question the forms of construction and transformation of self, the desires for emancipation of the « workers’ work »,  but also the « political act » on which these workers’ cultural productions are based.

This workshop on workers’ « self-representations » of work is thus organised around three themes:

  • Writings in various locations (trade union press, workers’ journals, organisations of the workers’ movement, cultural associations)
  • Practices of collective writing in the context of theatrical practices (especially in the 1930s and 1970s)
  • Visual and cinematic practices which were both militant and produced by workers (the workers’ visual culture)

Deadline : april 15th

Contact : Nathalie Ponsard (nat.ponsard@wanadoo.fr) , Timothy Ashplant (t.g.ashplant@kcl.ac.uk)

Les représentations ouvrières du monde du travail, « dans et par le monde ouvrier »

Au long du XXe siècle, par leurs écrits, leur participation à des créations collectives théâtrales, leurs créations picturales et cinématographiques, les ouvriers européens ont donné des représentations du monde du travail ouvrier : Pourquoi ? Qui sont ces ouvriers- écrivains ? Ces ouvriers-comédiens ? Ces ouvriers-cinéastes ? Ces ouvriers-dessinateurs ou peintres ? Quel sens ont-ils donné à ses représentations ?

Cette histoire des représentations du travail « dans et par le monde ouvrier » se situe donc à proximité d’une histoire des pratiques culturelles « en amateur » – scripturaires, théâtrales, picturales ou cinématographiques – et doit contribuer à faire de ces productions des objets légitimes de l’histoire culturelle « vue d’en bas ». Elle se veut transnationale, particulièrement sensible à la circulation de modèles et d’expériences communes ainsi qu’aux temps propices à l’émergence de ces pratiques. Elle inclut les formes de co-construction avec des individus situés dans d’autres mondes socioprofessionnels (écrivains, artistes, comédiens, cinéastes, intellectuels). Elle porte attention aux influences littéraires et artistiques mais aussi aux formes de réappropriation de la culture orale.  Enfin, elle s’interroge sur les modalités de construction et de transformation de soi, les désirs d’émancipation du monde du « travail ouvrier » mais aussi sur « l’acte politique » fondant ces productions culturelles ouvrières.

Cet atelier sur les « autoreprésentations » ouvrières du travail s’articule donc autour de 3 axes :

  • Les écritures dans des espaces variés (presse syndicale, revues ouvrières, associations du mouvement ouvrier et associations culturelles) et dans des formes diverses (journaux, romans, nouvelles, poésie)
  • Les pratiques d’écritures collectives dans le cadre des expériences théâtrales (notamment dans les années 1930 et 1970)
  • Les pratiques cinématographiques et picturales à la fois militantes et ouvrières (la culture visuelle ouvrière).

Date limite : 15 avril

Contact : Nathalie Ponsard (nat.ponsard@wanadoo.fr) , Timothy Ashplant (t.g.ashplant@kcl.ac.uk)