ELHN Conference 2017 – CFP « For a history of the international relations of the European Trade Unions in the Metallurgy, since the crisis of the 1970s »

[Version française]

Following the recent publication of a collective volume about the history of the European Trade Union Confederation  (1973-2013) the members of this working group aims to expand this project by studying the parallel European and international dynamics at the sectorial level. On-going research on the history of European integration and trade unions reveals the embeddedness of trade union’s action at the European level within the international transformations both of capitalism and international relations. The 1970s appear as one of the most decisiveturning points in the transformation of capitalism in the framework of changes in the Cold War. The creation in 1973 of the ETUC can be considered to a large extent as the answer by European trade unions to overcome the ideological divisions of the Cold War in order to tackle the creation of a supranational European market with an institutional framework at the social and political level. Such a crucial development, however, cannot be understood without the concomitant capitalist multidimensional crises of the 1970s and the international actions of some of the most directly affected sectors of European trade unions, in particular those of the metallurgy (steel, automobile, etc). From the 1970s started a process of capitalist restructuring which durably affected during the 1980s this sector by bringing down some of the historical stronghold of national trade unionism and requesting that effective actions were taken at European and international level with political interventions to stabilise this « Schock of the Global ». In the 1990s the post-fordist transformation of productive models combined at the European level with a wave of deepening (1992) and enlargments (Southern-Northern-Eastern), which ultimately created a European single market which opened the door to a competition between territories and trade unions. The Renault-Vilvoorde case was a case in point which marked the first steps for the development of a European system of industrial relations at the firm level, but which were unachievedby a very limited negotiations at the sectorial level. In the 21st century the intensification of international competition had progressively put into danger sectorial negotiations of the metallurgy with a pressure from multinational companies and national governments to derogate them with firm-level negotiations (competitiveness agreements), which are worsening industrial relations and deepening in the fragmentation of labour markets and solidarity between workers and trade unions.

This panel aims to understand the way trade unions in the metallurgy at national and regional level had acted at the European and international level during the last half-century in order to tackle with such transformations. We are calling for papers, which can address these questions at any of these levels (national, European or international) by any of the trade unions members of what is now Industriall Europe.  Please send an abstract with a short bio-note, before the 15th of March, to Claude Roccati (clauderoccati@hotmail.com) and SigfridoRamírez (ramirez@rg.mpg.de).


Histoire des relations internationales des syndicats européens de la métallurgie,  depuis la crise des années 1970

Depuis la récente publication d’un ouvrage collectif sur l’histoire de la Confédération européenne des syndicats (1973-2013), les membres de ce groupe de travail souhaitent étendre ce projet en prolongeant l’étude des dynamiques européennes et internationales au niveau des branches industrielles. Les recherches en cours sur l’histoire des organisations syndicales et de la construction européenne révèlent en effet l’intégration de ces dynamiques aux différentes échelles, résultat des transformations du capitalisme international. Les années 1970 et la reconfiguration des cadres hérités de la guerre froide qui les accompagnent représentent, sur ce plan, un moment décisif dans ce processus. La création de la CES en 1973 peut ainsi être considérée comme la réponse des syndicats européens qui surmontent les divisions idéologiques de la Guerre froide pour riposter à la création d’un marché commun, en encourageant l’organisation des syndicats en contrepoids aux institutions européennes et ainsi les amener à intégrer la dimension sociale au projet supranational.

Cependant, un tel processus, si crucial, ne peut être analysé sans tenir compte des crises multidimensionnelles qui affectent en parallèle le système capitaliste et leurs effets, en particulier sur des branches où les syndicats européens sont bien implantés, notamment dans différents secteurs de la métallurgie (acier, automobile….). En effet depuis le début des années 1970 a débuté un processus de restructuration industrielle qui affecte durablement ces secteurs jusque dans la décennie suivante en détruisant certains des bastions historiques du syndicalisme et nécessitant alors, pour contrer ce « choc de la mondialisation » une réponse effective aux échelons européens et internationaux. Dans les années 1990 les transformations du modèle productif postfordiste, combinées à l’approfondissement (1992) et l’élargissement (sud, nord et est) à l’échelle européenne du marché unique a ouvert la voie à une compétition accrue entre territoires et entre syndicats. Le cas de Renault Vilvoorde étant à ce titre la première étape d’un développement d’un système européen de relations industrielles à l’échelle des multinationales. Cependant la création d’un système de relations industrielles européennes montre son inachèvement avec quelques maigres résultats au niveau des secteurs industriels. Au XXIe siècle, l’intensification de la compétition internationale, en particulier de la Chine, a progressivement mis en danger les processus de négociations sectorielles dans la métallurgie du fait de la pression exercée par les compagnies multinationales et les gouvernements nationaux pour favoriser des négociations au niveau des firmes (en particulier les accords de compétitivité), ce qui a détérioré davantage encore les relations industrielles, approfondi la fragmentation des marchés du travail et affaibli la solidarité entre travailleurs de la métallurgie.

Le panel, envisagé à l’occasion de cette conférence, a donc pour objectif de comprendre la façon dont les syndicats de la métallurgie, régionaux ou nationaux, ont agi au niveau européen et international au cours des cinquante dernières années pour faire face à ces transformations. Les communications proposées pourront aborder ces questions à différentes échelles (nationale, européenne ou internationales) et traiter de tout syndicat aujourd’hui membre d’Industriall Europe.

Les propositions de communications devront être envoyées, d’ici le 15 mars, aux adresses suivantes, accompagnées d’une courte notice biographique, à Claude Roccati (clauderoccati@hotmail.com) et à Sigfrido Ramirez Perez (ramirez@rg.mpg.de).