Journée d’études Travail de care, genre et dépendance en Europe

Date : Mercredi 7 février 2018 
Lieu : Lyon, ENS Monod, salle 1, Place de l’Ecole 
Organisation  : LARHRA-axe genre / LabEx EHNE
À la suite d’une première journée d’étude consacrée à la question des approches historiques du travail de careen septembre 2017, cette journée veut interroger plus spécifiquement les relations de dépendances qui structurent le travail de care. Parce que la notion de care engage à porter l’attention sur la prise en charge des besoins des autres, elle pose la question de la nature des rapports entre tous les acteurs et actrices pris dans cette relation. La question que soulève le travail de care n’est alors plus seulement « qui agit sur qui et en vertu de quoi » mais aussi « qui dépend de qui et comment ». Dans le cadre de cette réflexion, nous souhaitons interroger les effets de la vulnérabilité (concept central dans le régime de justification du travail de care) sur la nature même du travail, sur la relation qui en découle et sur les effets qu’elle a sur l’identité des individus. Qu’est-ce que la mise en lumière de la dépendance peut faire à la saisie des rapports de genre, de classe mais aussi de race en jeu dans le travail de care ? Et à quelle échelle les interroger ? Si la dépendance peut se saisir au ras des individus, dans leurs relations de corps à corps, elle peut également questionner les arrangements sociaux du soin d’autrui à plus large échelle entre famille, État, marché, institution. Par ailleurs, cette journée sera l’occasion de réfléchir à la notion de « chaîne de care » proposée par la sociologue Arlie Hochschild pour désigner la série de liens interpersonnels fondés sur un travail de care.
 
Programme
9h15. Accueil des participants.
9h45. Introduction de Clyde Plumauzille (LabEx EHNE) et Mathilde Rossigneux-Méheust (LARHRA) : « Interroger les dépendances dans le travail de care : quels enjeux pour l’histoire des relations de travail ? »
10h15. Charles Wanecq (Centre d’histoire de Sciences Po) : Entre le transporteur et l’infirmière : conflits de genre autour de la définition d’un care ambulancier et de la reconnaissance d’une profession (1940-1980)
11h00. Margot Beal (Institut universitaire de Florence) : Bénéficiaires du travail de care : caractéristiques sociales et stratégies (Lyon/Saint-Etienne, XIXe-XXe siècle).
11h45. Emmanuelle Berthiaud (CHSSC). Travail de care, genre et fonction maternelle : soigner et éduquer l’enfant de la grossesse à la petite enfance.
12h30 : Discussion générale
 
13h-14h30 : Pause déjeuner
 
14h30. Amélie Nuq (LARHRA), Peut-on prendre soin des filles coupables dans l’Espagne franquiste?  Étude sur le travail de care en contexte coercitif. 
15h15.Christophe Capuano (LARHRA), Fabriquer des aides ménagères pour personnes âgées (années 1950-1970) : la construction de relations d’aide d’un nouveau genre ?
16h. Gildas Bregain (ARENES / École des Hautes Études en Santé Publique). Care et politiques publiques du handicap : les enjeux de la dépendance familiale et de la professionnalisation des soins.
17h. Discussion générale.