Journée d’étude des doctorants de l’AFHMT – Travail et contraintes

Une journée d’étude des doctorant-e-s de l’Association Française d’Histoire des Mondes du Travail (AFHMT) se tiendra à Paris le samedi 12 mars 2016, au Centre d’Histoire Sociale de l’Université Paris 1, rue Malher.

Cette journée d’étude doit permettre aux doctorant-e-s de présenter leurs recherches et travaux en cours, en articulant les interventions autour du thème « Travail et contraintes : situations, ajustements et résistances » (voir ci-dessous).

Chaque intervention sera discutée par des professeurs invités pour l’occasion (les textes devront être transmis une semaine avant aux organisateurs qui se chargeront de les faire parvenir aux discutants).

Les propositions de communications (moins de 5000 signes) sont à envoyer avant le 15 février 2015 à Eliane Le Port (eliane.leport@wanadoo.fr), Guillaume Roubaud-Quashie (quashie@free.fr) et Claude Roccati (l.roccati@libertysurf.fr).

Les communications orales devront durer une vingtaine de minutes.

 

Appel à communication.

Cette journée a pour objet de permettre aux doctorants de l’association de présenter leurs travaux tout en offrant un cadre propice aux échanges intellectuels et à la réflexion collective en partant d’une thématique commune qui traverse les époques et les contextes.

Cette année, le thème proposé relie les problématiques du travail à celles de la contrainte. Celle-ci doit pouvoir être analysée sous ses différentes formes, telle que déterminées par l’environnement du travail. Ainsi la contrainte pourra être comprise comme celle exercée par les hiérarchies dans lesquelles s’insère le travailleur et comme l’ensemble des cadres et des organisations qui modèlent le travail, y compris dans ses dimensions techniques.

Le point de vue peut être multiple. L’étude peut porter sur la situation professionnelle telle qu’elle s’impose aux travailleurs. Elle peut aussi conduire à observer le travailleur face à ses contraintes et évaluer le degré de mise à distance des normes du travail. L’analyse de ses stratégies d’adaptation et d’ajustement, jusqu’à leur possible contestation, dans les discours ou dans les actes, doit ainsi conduire à mesurer son assentiment, sachant qu’il y a une variété de postures entre la soumission et la résistance[1]. D’autre part, le degré d’assentiment peut s’observer dans le « texte public » du travailleur, mais aussi dans le « texte caché » exprimé dans les cercles de confiance qui peut différer du premier[2]. On peut même envisager l’étude des modalités de désengagements devant le travail comme réponse à ces contraintes.

Comme pour la précédente journée d’étude, nous souhaitons donner à voir un ensemble de travaux sur des époques différentes qui explicitent les rapports du travailleur au travail et mettent en lumière la diversité des pratiques et des situations professionnelles.

[1] Cf. Alf Lütke, « Ouvriers, Eigensinn et politique dans l’Allemagne du XXe siècle », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 113, 1996, p. 91-101

[2] Cf. James C. Scott, La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Éditions Amsterdam, 2008