« Travail et contraintes : situations, ajustements et résistances ». Compte-rendu de la 2ème journée des doctorants de l’AFHMT, Centre Malher, 12 mars 2016

A l’occasion du deuxième séminaire d’étude organisé par les doctorants de l’Association française de l’histoire des mondes du travail, de jeunes chercheurs en doctorat ont accepté de confronter leurs travaux autour de la thématique reliant les problématiques du travail à celles de la contrainte, analysées sous ses différentes formes.

 

Olivier Lopez, membre du TELEMMe (Université Aix-Marseille – UMR 7303) a intitulé son intervention « Souples comme des gants et très dociles ». La compagnie royale d’Afrique et sa gestion des ressources humaines (1741-1793) en reprenant les mots d’un directeur de cette Compagnie se félicitant d’avoir maté une tentative de rébellion de patrons corailleurs de La Calle. L’auteur, qui a travaillé à partir des archives de la compagnie, a fait le choix de se concentrer sur ce comptoir situé sur une presqu’île de la côte septentrionale d’Afrique pour dépeindre « le monde de contraintes » auquel sont soumis les employés de la compagnie.

Il a débuté son propos en s’interrogeant sur la provenance de la main d’œuvre, employée à La Calle, afin d’évaluer le caractère choisi ou subi de ses membres et fait notamment valoir leur origine étrangère, pour l’essentiel provençale. Il s’est ensuite intéressé aux règlements auxquels sont soumis les employés. L’auteur révèle un temps d’engagement long de deux ans en moyenne, soit une durée plus courte que dans les Amériques, ce qu’il explique par la dureté de la vie sur place, que les règlements n’adoucissent pas (les déplacements sont interdits comme tout contact avec la population locale), mais aussi par les conditions économiques marquées par l’incertitude et la précarité, qu’il s’agisse des revenus ou même de l’emploi occupé. Les cas de contrebandes, de contacts maintenus avec les locaux, révélés par les sources, lui ont également permis de démontrer que l’imposition des règles n’a pas empêché l’adoption de stratégies de contournement, jusqu’à la défection puisque plusieurs cas de fuite vers les rives d’Afrique des employés ont été mis en lumière.

 

 

L’intervention de Hugo Mulonnière (Université de Rouen, GRHis) portait sur la relation entre travail et contraintes à travers l’exemple des travailleurs Nord-Africains en métropole durant la Seconde Guerre mondiale.

La période a été marquée par la mise en œuvre, de la part du ministère du Travail et de ses services décentralisés, d’une politique de main-d’œuvre dirigiste à laquelle s’ajoutent des contraintes et des mesures spécifiques concernant l’encadrement des ouvriers Nord-Africains, administrés par le Service de la main-d’œuvre indigène nord-africaine et coloniale (SMOI). Ce service a pour objectif de recevoir les travailleurs indigènes, de les mettre à disposition des entreprises et de surveiller leur emploi. Dès lors, la main-d’œuvre nord-africaine constitue une catégorie administrative spécifique, celle des « travailleurs encadrés », qui contrairement aux « travailleurs libres », sont soumis à des obligations et à des restrictions supérieures en nombre et en intensité : affectations professionnelles et géographiques arbitraires, encadrement militaire sur les lieux de vie et de travail, contrôles sanitaires et médicaux réguliers, ponctions sur les salaires des travailleurs pour rembourser leurs frais de transport depuis l’Afrique du Nord.

L’instauration d’un régime d’immigration particulier dépend néanmoins des besoins en main-d’œuvre qui connaissent des variations au cours du conflit. Les années 1940 et 1941, marquées par un fort taux de chômage, ont pour conséquence la mise en place de mesures d’exclusion qui touchent notamment les travailleurs nord-africains : afin de protéger le marché du travail national, les pouvoirs publics organisent dès l’été 1940 le rapatriement des sans-emploi en ciblant prioritairement les ouvriers recrutés par le SMOI, qu’ils soient volontaires ou non, puis cette politique est élargie, à partir de janvier 1941, aux chômeurs et réfugiés bénéficiaires d’une allocation. A partir de 1942, dans un contexte d’augmentation des besoins de main-d’œuvre, certaines mesures assouplissent la politique dirigiste et xénophobe du gouvernement : outre l’arrivée de contingents de travailleurs en métropole, un nouveau système d’encadrement des travailleurs nord-africains – civil et non plus militaire – se met en place à travers la création des bureaux de la main-d’œuvre nord-africaine, également porteurs de contraintes spécifiques.

Difficiles à quantifier à ce stade, l’historien repère deux types d’oppositions et de résistances aux mesures mises en place par le gouvernement de Vichy : d’une part, de nombreux Nord-Africains semblent avoir échappé au rapatriement et sont parvenus à rester sur le territoire, en s’embauchant le cas échéant auprès des autorités occupantes, d’autre part, dès le début du conflit, on note l’apparition de mariages entre des métropolitaines et des Nord-Africains pour éviter le départ forcé.

 

 

Enfin, Guillaume Trousset (Université Paris I, CHS) a présenté une communication sur le travail syndical de la CGT face aux contraintes de l’espace aéroportuaire de Roissy-Charles de Gaule, depuis 1974.

L’objectif est de montrer de quelle façon le syndicalisme adapte ses pratiques et son discours au vaste bassin d’emploi (85000 salariés directs, 250000 emplois induits) que constitue l’aéroport de Roissy. Outre le dépouillement des sources syndicales, Guillaume Trousset s’appuie sur des entretiens avec les militants.

Il présente dans un premier temps les spécificités de l’espace aéroportuaire dont l’organisation repose sur un impératif de fluidité, sur des procédures sécuritaires prises en charge par l’Etat puis de plus en plus déléguées à des entreprises privées, enfin sur les activités productives de l’aéroport. Deux aspects en particulier modifient les rapports sociaux du travail et les pratiques syndicales des acteurs, d’une part la logique productive fondée sur une atomisation croissante des entreprises, d’autre part l’existence de règles sécuritaires qui encadrent l’activité de l’aéroport.

L’historien s’arrête ensuite sur les contraintes que constitue l’organisation de l’espace aéroportuaire à l’activité syndicale : la difficulté des déplacements de surcroît soumis à des contrôles dans la zone à accès réglementé, l’éclatement du salariat ainsi que les horaires décalés auxquels sont soumis plus des trois quarts des salariés. Aux contraintes réglementaires, spatiales et horaires qui affaiblissent selon lui le syndicalisme, s’ajoute l’exigence sécuritaire qui peut aller jusqu’aux entraves rencontrées par les syndicats dans leur activité quotidienne (interdiction de tracter à certains endroits, de faire grève en zone réservée etc.).

Face à ces contraintes, la CGT a montré une gradation de postures que l’historien explicite dans un dernier temps : la soumission à la contrainte qui passe par l’acceptation de certaines évolutions, le pragmatisme qui montre au contraire une capacité d’improvisation face à la contrainte, le recours à la justice pour faire respecter le droit syndical, enfin les actions transgressives, la plus éclatante étant l’occupation des pistes et le blocage des avions.

 

 

L’ensemble de ces présentations a nourri des échanges constructifs à la fois sur les sources utilisées et leurs usages, mais également sur les points soulevés par chacune des interventions. L’accent a été mis en particulier sur la gestion d’une main d’œuvre soumise à des déplacements temporaires (Olivier Lopez), sur le contrôle des travailleurs dans le cadre d’une politique étatique dirigiste et les contraintes qui en résultent (Hugo Mulonnière), et sur l’adaptation de pratiques syndicales face à de nouvelles configurations d’emploi dont on pourrait penser qu’elles rendent invisibles les salariés (Guillaume Trousset). Pour chacune de ces interventions, ce sont aussi les formes de désengagement devant le travail et/ou de contournement face aux contraintes physiques et institutionnelles qui ont été discutées.

 

 

Eliane Leport

Claude Roccati