ELHN Conference 2017 – CFP « Religion and Manufactures. Charitable institutions as Working Places in a Comparative Perspective »

Version française

Working Group Religion and Manufactures. Charitable Institutions as Working Places in a Comparative Perspective (1400-1900)

Panel proposal for the European Labour History Conference (Paris, 2 – 4 November 2016)

Charitable institutions spread across Europe since the late Middle Ages to the nineteenth century. Over the last decades studies in the history of work have largely investigated how orphanages and hospitals employed regularly people from the poorest in order to save their lives, to discipline them and to control the dangerous classes.

Starting from this background this session aims to look at the functioning of charitable institutions from the point of view of the management of work. In particular we will stress on how some charitable institutions actually operated as large “proto-factories” where large groups of workers were employed in concentrated or disseminated form, in a variety of labour relations (from free- to un-free labour, from wage-labour to self-employment) and branches of trades (from spinning to weaving, from lace- to ribbon-making, from tailoring to shoes and hat-making).

We address the following research questions:

  • How was organized the labour and which were the main forms of labour relations (forced labour or commodified labour, apprenticeship or child labour, supervisors or craft masters…)?
  • What was the social profile of the managers? Who were they? Were they recruited among the clergy? Or, instead, were they also merchants? What role did they play in the productive choices?
  • What was the social profile of suppliers / customers? When they came from outside the urban walls; how were the sales organized (local retailing, long-distance trade, interregional market)? How did productions fit in local and foreign markets?
  • Which were, on the one hand, the benefits for merchants and institutions in term of profits or losses? Which were, on the other, the benefits for the workers, i.e. for well-paid foreign masters; forced workers which received only lodging and food; girls which received dowries?
  • What was the link between charitable institutions, product and process innovations? Some innovative products were indeed introduced and disseminated through urban or regional spaces thanks to the labour related to these institutions. In such cases, who did stimulate the use of charitable institutions for this goal? Were innovative entrepreneurs (which requested privileges, often in order to find a docile and potentially low-paid labour force)? Or, instead, were the authorities (which obliged the new entrepreneurs to recruit such labour force in order to limit the spread of poverty)? Was the introduction and development of new products and processes facilitated?

We think that we’d better examine all those questions with micro-historical studies on one or a group of charitable institutions rather than macro-approaches on entire regions and States. The aim is indeed to start from in-depth case studies in order to allow consistent comparisons across countries and confessional borders.

Following the first session organized during the ESSHC 2016 which has been held in Valencia we are looking to organize a second session during the ELHN conference in Paris 2017.

We kindly ask to send a paper proposal by 30 January 2017 to andrea.caracausi@unipd.it and corine.maitte@u-pem.fr


Working Group : Religion et Manufactures. Les institutions de charité comme centres de travail (Moyen Âge-XIXe siècle)

Les instituts de charité ont existé dans toute l’Europe, du Moyen Âge au XIXe siècle, voire après. Ils ont régulièrement confié du travail aux pauvres qu’ils recueillaient dans une vision du travail salvateur désormais bien connue. Les nombreuses études qui leur ont été dédiées se sont pourtant relativement peu intéressées jusqu’à présent aux aspects proprement sociaux-économiques de leur gestion.

Ce sont donc les caractéristiques du fonctionnement de ces institutions du point de vue du travail que nous voudrions mieux mettre en lumière dans cette session. Nous voudrions insister sur la façon dont certaines de ces institutions se transforment de fait en grosses « proto-fabriques » utilisant souvent du travail à la fois concentré et dispersé dans des domaines très variés (filature de façon très massive, mais aussi tissage, dentelles, rubans, bas, etc etc…)

Les questions qui se posent nous semblent alors être les suivantes :

* comment est organisée la production (travail contraint, apprentissage, maîtres, surveillants, distinctions de genre…)

* quels sont les profils sociaux des gérants de ces institutions (qui sont-ils ? Quelle est la part des membres du clergé et celle des laïcs devenus dans beaucoup de pays majoritaires après le XVIe siècle ? Y-a-t-il des marchands parmi eux ? Quel rôle jouent-ils dans les orientations productives des institutions ?)

* Quel est le profil social des fournisseurs /des clients de productions qui le plus souvent sont écoulées hors des murs : de quelle façon se fait la vente des produits ? A-t-on à faire à des circuits de vente « en gros », au détail ? Comment les productions s’insèrent-elles dans les marchés locaux, voire inter-régionaux ?

*Peut-on se faire une idée des bénéfices de ces travaux ? Bénéfices matériels : est-ce pour les institutions, pour les marchands, un travail à perte, ou, au contraire, des surplus sont-ils dégagés ? Mais aussi, quels sont les bénéfices, s’il y en a, pour ceux qui travaillent ? Les retombées peuvent en effet être tout à fait distinctes selon les catégories de travailleurs : certains sont des maîtres extérieurs bien rémunérés, d’autres des travailleurs contraints qui ne reçoivent que le lit et le couvert ; d’autres encore des jeunes filles à qui l’on fait des promesses de dots ; d’autres enfin peuvent devenir contremaîtres…

*Quels liens existent entre ces institutions et les innovations de produits ou les innovations techniques ? On peut en effet émettre l’hypothèse que certains produits innovatifs sont introduits dans une ville, une région par l’emploi de la main-d’œuvre liée de ces institutions ; dans ces cas, de qui vient la demande d’utiliser le travail de ces institutions ? Des entrepreneurs innovants (par exemple lors des demandes de privilèges, dans l’espoir souvent de trouver un vivier constitué, docile et potentiellement sous payé) ou des autorités (qui obligent les nouveaux entrepreneurs à prendre ce genre de main-d’œuvre pour limiter la pauvreté) ? Est-ce que l’introduction et le développement de ces nouvelles productions sont ainsi facilités dans la région ?

Nous pensons que toutes ces questions doivent être examinées à l’aide d’études micro-historiques portant sur une ou plusieurs institutions charitables plus qu’à partir d’études macro sur des régions entières ou des Etats. Le but est de confronter les recherches pour pouvoir mener des comparaisons entre pays et au-delà des frontières confessionnelles.

Après une première session organisée sur ce thème durant le congres ESSHC (Valencia-2016), nous souhaitons organiser une seconde session durant le congrès de Paris en novembre 2017.

Nous vous invitons à envoyer votre proposition avant le 25 janvier 2017 à andrea.caracausi@unipd.it et corine.maitte@u-pem.fr

 

 

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search