Familles et travail à Trévise à la fin du Moyen Âge

Matthieu Scherman, Familles et travail à Trévise à la fin du Moyen Âge (vers 1434-vers 1509).

Qu’est-ce que le travail et comment s’organise-t-il dans une ville à la fin du Moyen Âge? Ce sont les principales questions auxquelles l’ouvrage tente de répondre. Grâce à une documentation riche, en particulier neuf recensements fiscaux du XVe siècle (les « estimi »), et une population comptant environ 10 000 habitants, Trévise, qui fait partie du domaine de Terre Ferme de Venise, est un véritable laboratoire pour l’étude du travail. Les positions hiérarchiques, les rôles de chacun selon sa place à l’intérieur des familles, l’organisation spatiale de la production et le fonctionnement des protections sociales, voire d’une « sécurité sociale urbaine », sont successivement examinés. Enfin, la place de Trévise et du Trévisan dans les échanges régionaux et internationaux est analysée. Les soixante-dix années couvertes par l’étude offrent la possibilité de mettre à jour des parcours individuels et familiaux des plus importantes familles et des populations anonymes de la ville. Les trajectoires ainsi reconstruites démontrent une nouvelle fois que le travail est une affaire de famille et permettent aussi de faire l’histoire de l’autre face du travail : celle des mobilités sociales. Le fonctionnement d’une économie urbaine est ainsi mis en évidence.

Matthieu Scherman, Familles et travail à Trévise à la fin du Moyen Âge (vers 1434-vers 1509), Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 358, Roma – École française de Rome, 2013, 684 p.

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search