Décès de Marie-Hélène Zylberberg-Hocquard

Nous apprenons avec une grande tristesse le décès brutal de Marie-Hélène Zylberberg-Hocquard, historienne des ouvrières aux XIXe siècle.

Marie-Hélène Zylberberg-Hocquard (1940-2018)

À 78 ans, Marie-Hélène Zylberberg-Hocquard, historienne féministe des ouvrières en France du XIXe et du premier XXe siècle nous a quittés, avec l’élégante discrétion qu’elle prisait, tant dans son existence professionnelle que dans sa vie privée. Elle rejoint son époux l’historien moderniste Michel Zylberberg, décédé en 2009.

Menant de front une généreuse carrière d’enseignante, au lycée d’Etampes, puis au Lycée Montaigne et au Lycée Molière en classes préparatoires littéraires, à Paris, et un parcours de chercheuse exigeante, elle a incontestablement enrichi l’histoire sociale de ses travaux pionniers sur le travail féminin et le syndicalisme, dont témoignent les deux livres issus de sa thèse d’État, Féminisme et syndicalisme en France (Paris, Anthropos, 1978) et Femmes et féminisme dans le mouvement ouvrier français (Paris, éditions ouvrières, 1981). Nous lui devons également plusieurs articles publiés dans Le Mouvement Social, la Revue du NordTravail, genre et société. 

Discrète et modeste, Marie-Hélène Zylberberg-Hocquard aimait le partage de la recherche qu’elle a pratiqué notamment comme membre active du conseil scientifique de l’Institut CGT d’histoire sociale et du comité de rédaction des Cahiers du Groupe d’Études sur la Division sociale et sexuelle du travail. Jusqu’à sa disparition, elle n’a eu de cesse de poursuivre ses réflexions, à la croisée disciplinaire entre histoire et sciences sociales, sur les mouvements sociaux et le féminisme.

Soucieuse de ne pas figer l’histoire en « une discipline commémorative », Marie-Hélène Zylberberg-Hocquard avait toujours à cœur de faire dialoguer passé et présent, notamment sur le terrain des luttes sociales. En ce sens, les conclusions d’un colloque sur les ouvrières de la fabrique d’armes d’Herstal (Belgique) qu’elle a livrées en 2016 ont incontestablement valeur de testament intellectuel et politique, voir http://www.carhop.be/revuescarhop/index.php/category/revue-0/revue-00/

Ses obsèques auront lieu jeudi 29 novembre à 9h30 au Crématorium du Père Lachaise, à Paris.

Ni cérémonie, ni fleurs, conformément à sa volonté.