Communiqué de l’AFHMT contre la réforme de la voie professionnelle

 

La réforme de la voie professionnelle, mise en place dans la précipitation au cours de l’année 2018-2019 est entrée en application depuis septembre 2019. Cette réforme, qui concerne 665000 élèves (soit environ un.e lycéen.ne sur trois), voit le nombre d’heures de l’enseignement général diminuer de façon drastique, en particulier en histoire-géographie, français, arts appliqués, mathématiques et sciences. La baisse des volumes horaires dans ces disciplines représente 50% pour l’ensemble des formations (CAP et bac professionnel) : ainsi, subsistent désormais 45 minutes hebdomadaires pour enseigner l’histoire et la géographie en CAP et une heure en bac pro. Cette diminution importante des heures s’accompagne de la disparition d’une série de questions dans les programmes, qui seront transformés chaque année, en 2020 pour les classes de première, puis en 2021 pour celles de terminale bac pro.

Le déséquilibre introduit en faveur des enseignements professionnels et au détriment des savoirs généraux pourtant indispensables à la formation des élèves et à la poursuite d’études après le baccalauréat professionnel, est alarmant. Cette rénovation dont l’objectif déclaré est de « conduire la voie professionnelle vers l’excellence » constitue en réalité un appauvrissement inédit des formations depuis la réforme de 1985 qui avait mis en place le baccalauréat professionnel. La réforme prive non seulement les élèves de connaissances sur des périodes et des faits de l’histoire, mais également d’outils réflexifs leur permettant d’appréhender les mondes contemporains.

Pour faire passer cette transformation, les concepteurs se prévalent de la culture et des pratiques des compagnons qui représentent seulement 6 000 apprentis chaque année – dont 5 % de filles. L’exemplarité professionnelle prêtée aux compagnons tout autant que les mythes accrochés à l’histoire de l’institution se trouvent au cœur des nouveaux programmes, notamment avec la réalisation obligatoire d’un « chef-d’œuvre » qui occupe désormais l’ensemble des élèves entre 2 et 3,5 heures chaque semaine, pendant deux années. Ce nouvel enseignement (d’ores et déjà impossible à mettre en œuvre dans la presque totalité des spécialités du lycée pro) va de pair, dans les programmes d’histoire de seconde, avec l’approche du travail sous l’angle étriqué des « Métiers, compagnons, compagnonnage et chef-d’oeuvre au XIXe siècle ».

Les membres de l’Association française pour l’histoire des mondes du travail dénoncent une réforme archaïque qui réduit la part des matières générales et les met au service d’une logique strictement utilitaire. S’éloignant de toute finalité émancipatrice, elle réduit en outre les parcours lycéens de presque 700 000 élèves, pour la plupart issus des classes populaires, à une professionnalisation étroite et à une « employabilité » conçue du seul point de vue des employeurs.