Lettre de cadrage pour les concours Capes Agrégation 2021

Le travail en Europe occidentale des années 1830 aux années 1930.

Mains-d’œuvre artisanales et industrielles, pratiques et questions sociales

 

Le programme d’histoire contemporaine invite à s’interroger sur la place centrale qu’occupe le travail artisanal et industriel durant un siècle, des années 1830 aux années 1930 comprises, dans les sociétés d’Europe occidentale, circonscrites aux espaces belge, britannique, espagnol, français, germanique et italien. Centrée sur le travail, cette question a pour ambition d’articuler histoire économique, histoire sociale, histoire politique et histoire culturelle : il s’agit donc d’étudier les pratiques, tout en s’intéressant aux représentations.

La période envisagée est profondément marquée par l’industrialisation selon des chronologies et des modalités variables pour les pays concernés. Le phénomène, déjà bien amorcé en amont par la Grande-Bretagne et la Belgique, atteint la France dans les années 1830 ; puis certaines régions des espaces germanique, italien et espagnol s’engagent dans de nouveaux modes de production. Ceux-ci s’amplifient durant le XIXe siècle, s’intensifient singulièrement dans les années 1870-1890, puis évoluent dans le premier XXe siècle, notamment pendant et après la Première Guerre mondiale. Ces chronologies prennent en considération les évolutions des systèmes techniques, les changements des structures entrepreneuriales, la concentration variable des moyens de production, l’industrialisation de la guerre, la rationalisation, les transformations de l’organisation du travail, de l’exercice de l’autorité et des pratiques de commandement.

Les espaces considérés sont les plus tôt et les plus fortement industrialisés en Europe. Ils sont parfois situés dans des régions transnationales qui voisinent avec des territoires moins ou pas industrialisés. Cette diversité invite à réfléchir sur les différentes échelles et sur les trajectoires variables d’un même processus. Si les espaces colonisés ne sont pas compris dans le périmètre géographique de la question, la présence d’une main-d’œuvre coloniale croissante dans les métropoles, appelée notamment pour les besoins de la Première Guerre mondiale, puis pour la reconstruction d’après-guerre, et ses conséquences multiples sont à prendre en considération.

Coexistant avec l’artisanat, le processus d’industrialisation entraîne de profondes mutations du tissu social, des groupes professionnels et des relations sociales. Il s’accompagne souvent de l’urbanisation, même si l’industrialisation s’effectue aussi en milieu rural et si la proto-industrie subsiste jusqu’à la fin de la période, et même au-delà. Il transforme également les espaces de travail, les tâches effectuées, les rémunérations et la situation de celles et ceux qui travaillent, ainsi que l’organisation des sociétés. Ce processus est indissociable de migrations de plus en plus massives, à la fois à l’intérieur de chacun des espaces « nationaux » considérés mais également d’un pays à l’autre. Enfin, il induit une exploitation croissante des ressources naturelles et, de ce fait, un accroissement considérable des pollutions et des atteintes multiples à l’environnement.

Les mains-d’œuvre artisanales et industrielles exercent un travail dans des branches d’activité à l’évolution contrastée, dans des espaces de travail variés (à domicile, en atelier, en fabrique, en usine, à la campagne ou en ville) et dans des types d’entreprises divers (privées, d’État, régies ou coopératives). Elles mobilisent des techniques, des savoir-faire et des traditions de métier. Constituées d’autochtones et de migrants, ces mains-d’œuvre sont encore extrêmement diverses dans leurs statuts, oscillant entre indépendance et salariat : ouvrières et ouvriers, tâcheronnes et tâcherons, artisanes et artisans, entrepreneuses et entrepreneurs (qui commandent et distribuent le travail artisanal et industriel pour certains produits), contremaîtres, contremaîtresses ou surintendantes, ingénieurs, employées et employés d’usines, directrices et directeurs d’établissements industriels. Les mortes saisons, l’absence d’emploi, devenue chômage, et l’intermittence constituent autant d’épreuves pour les mains-d’œuvre précaires, spécialement pendant les années 1840, la Grande Dépression des années 1880 et la crise des années 1930. Conditions de travail et gestes de travail accomplis avec des conséquences éventuelles sur la santé, formations et qualifications, modes de rémunération enfin, singularisent ces mains-d’œuvre qui vivent dans des familles, habitent des logements et des quartiers où elles développent des sociabilités, des pratiques culturelles et de loisirs, y compris sportifs. Elles consomment aussi. Candidates et candidats seront attentifs aux spécificités qui, dans ces différents domaines, distinguent les mondes artisanaux et industriels des autres populations laborieuses de l’agriculture et des services dans les sociétés ouest-européennes.

Le processus de mise au travail génère maux et tensions. À cet égard, la « question sociale » est au cœur de la structuration d’un mouvement ouvrier divers qui contribue puissamment à l’instauration et au perfectionnement de la législation sociale, ainsi qu’à l’amélioration de la condition ouvrière. Ces mains-d’œuvre développent, en effet, des pratiques de solidarité et des formes de résistance : elles s’engagent dans des coalitions, puis des grèves ; elles se regroupent dans des sociétés de secours mutuels, des syndicats de toutes obédiences, des formations politiques et des coopératives. De multiples débats autour de la représentation politique des mondes du travail, depuis les premiers socialismes et la structuration d’un mouvement ouvrier, jalonnent cette histoire mais on ne saurait exiger des candidates et candidats une connaissance approfondie des évolutions internes des organisations du mouvement ouvrier. Parallèlement, des organisations patronales se structurent : le patronage et le paternalisme, les formes variées de négociations collectives ou encore la gestion concertée des mains-d’œuvre sont autant de réponses apportées à la question ouvrière par les employeurs, les États et les élites. Le droit du travail, son institutionnalisation, les politiques du travail, qui passent notamment par l’élaboration d’une législation et le contrôle de son application comme par la mise en place d’administration, la protection sociale enfin (sous ses diverses formes : prévoyance, assistance ou assurance) constituent un socle politique et social qui se construit durant ce siècle d’industrialisation.

les sociétés ouest-européennes connaissent des circulations transnationales croissantes. À la mondialisation progressive de l’économie et à ses effets sur le travail, des réponses associatives sont apportées par les trois Internationales ouvrières, les Internationales syndicales, l’Association Internationale pour la protection légale des travailleurs ; apparaissent ensuite des réponses institutionnelles par le biais de l’Organisation internationale du travail (OIT) en 1919 et de ses premiers chantiers durant les années 1920 et 1930, qui concernent le droit du travail et la protection sociale.

Artistes, médias, observateurs sont aussi saisis par ces débats et y participent à leur manière en représentant le travail.

Le sujet implique de se nourrir des renouveaux historiographiques portés par les associations et le réseau européen d’histoire du travail (European Labour History Network, fondé en 2013). La bibliographie est accessible et abondante, largement renouvelée, en français et en anglais pour l’essentiel. Pour la plupart des questions évoquées, les candidates et les candidats devront mobiliser et interroger les catégories de genre, de génération, de classe et de nationalité dans la perspective d’une histoire transnationale des circulations et d’une histoire connectée.

Ainsi formulée, la question d’histoire contemporaine entend contribuer à la formation des futurs enseignantes et enseignants en les invitant à réfléchir sur un thème essentiel et très actuel, irrigué par des questionnements historiographiques comparés à l’échelle européenne. Elle leur permettra d’approfondir leurs connaissances et leur réflexion sur plusieurs séquences des programmes d’histoire du second degré : en classe de 4e, le thème 2 est consacré à « L’Europe de la révolution industrielle » ; en classe de Première générale, le chapitre 2 du thème 2 porte sur « L’industrialisation et l’accélération des transformations économiques et sociales en France », envisage « Les transformations des modes de production » et « L’importance politique de la question sociale », et propose notamment comme point de passage et d’ouverture « 25 mai 1864 : le droit de grève répond à l’une des attentes du mouvement ouvrier » ; de même, le chapitre 2 du thème 3, consacré aux « Permanences et mutations de la société française jusqu’en 1914 », invite à mettre en avant l’industrialisation, la question ouvrière, l’immigration et la place des étrangers ou encore l’évolution de la place des femmes, et propose, comme points de passage et d’ouverture, « La fusillade de Fourmies » et « Le Creusot et la famille Schneider ». En Première technologique, le thème « Les transformations politiques et sociales de la France de 1848 à 1870 » (thème 2) et son sujet d’étude « Les établissements Schneider au Creusot sous la Deuxième République et le Second Empire » invitent à appréhender la notion d’industrialisation, le rôle économique et politique d’Eugène Schneider, les transformations des formes et lieux de travail et leurs conséquences sociales et politiques pour les ouvriers comme pour leurs familles.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search