Quelques textes pour la préparation des concours 2021

L’AFHMT a décidé d’aider les candidats et les préparateurs pour la nouvelle question consacrée au travail en Europe occidentale des années 1830 aux années 1930.

Dans ce cadre, elle propose quelques textes rassemblés en 2014 par Xavier Vigna dans un volume intitulé Les ouvriers. Dans la France des usines et des ateliers, publié aux Arènes. D’autres documents suivront.

I Dans les usines et les ateliers

Le monde ouvrier repose sur des spécialisations professionnelles et régionales, qui impliquent une organisation particulière du travail et le recrutement privilégié d’une main-d’œuvre, tantôt masculine, tantôt féminine, avec une composante rurale très importante sur tout le siècle. De ce fait, les ouvriers d’industrie travaillent aussi souvent la terre en complément. Mais dans les ateliers, ils apprennent des savoir-faire et donc un métier. Ces éléments instituent une hiérarchie dans le monde ouvrier, distinguant les apprentis et les manœuvres des compagnons. Si l’endurance physique particulière que suppose le travail industriel entretient une fierté ouvrière, elle expose aussi à une usure précoce.

Le journaliste Ardouin-Dumazet a exploré la France en tous sens, et y voit le monde ouvrier, non pas seulement dans les grands bassins industriels, mais aussi sur des espaces à dominante agricole. C’est la diversité qui domine, avec des spécialisations régionales, comme en Ardèche et à Thiers.

Moulinage en Ardèche

Le mot moulinage vient du moulin à soie de nos aïeux, mais si le nom est celui de l’industrie, l’usine elle-même est, pour les habitants des pays mouliniers, la fabrique. Ces fabriques sont installées partout où la force motrice naturelle se rencontre. Sur certains torrents de l’Ardèche on les voit de kilomètre en kilomètre. Quand elles avoisinent un village ou un hameau, les ouvrières viennent à l’usine en apportant leur repas si elles ont trop de chemin à faire pour déjeuner, mais lorsque les fabriques ne peuvent recruter dans leurs environs immédiats le nombre de jeunes filles nécessaires, les mouliniers installent des dortoirs et des réfectoires. Les ouvrières n’en restent pas moins paysannes, chaque samedi elles vont chez elles, parfois très loin ; de grandes voitures les amènent soit à la gare la plus proche, soit même chez elles, d’où elles reviennent le dimanche soir ou le lundi matin, en apportant leur pain et les autres vivres pour la semaine. […] En somme, malgré la réunion de la plupart des ouvrières en usines, la filature et le moulinage peuvent bien être considérées comme industries paysannes ; les ouvrières, en effet, restent attachées à la maison paternelle, elles reprendront pour la plupart la vie des champs en épousant un cultivateur.

L’art de la coutellerie

En Auvergne, la coutellerie qui est, à Thiers, une grande industrie, contribue à animer les montagnes. Les pièces diverses à couteaux : lames, manches, ressorts, viroles, obtenues dans les usines, sont envoyées, souvent fort loin, dans les pauvres demeures de ces hautes régions pour être montées. Chaque dimanche, ces ouvriers-paysans apportent les couteaux à la ville. Même à Thiers, le travail est en grande partie familial. Chaque élément du couteau est produit par un ouvrier spécial. La rivière de la Durolle, qui coule au-dessous de la cité, est bordée d’une foule de petits ateliers employant la force motrice du torrent. Jusque dans les campagnes, les ruisseaux sont utilisés pour faire mouvoir les primitifs engins ; les paysans ont annexé ces minuscules usines à la ferme ou à l’étable, car l’industrie agricole est surtout la production du fromage. La division du travail a rendu assez rémunérateur ce labeur industriel intermittent, tout en permettant des prix de revient extrêmement modiques. 

Victor-Eugène Ardouin-Dumazet, Les petites industries rurales, 1912.

Les mécaniciens lyonnais

Dans les ateliers qui dominent encore largement, les ouvriers qualifiés disposent d’un vaste savoir-faire qui les désigne au titre de compagnons.

Fils de paysans ou d’artisans ruraux, les compagnons mécaniciens étaient des hommes aussi gaillards que des terrassiers ou des maçons. L’accès à un métier avait certainement représenté dans leur vie une chance très appréciée. L’inventeur, l’ingénieur étant les grands sorciers du jour, devenir mécanicien, comprendre, exécuter leurs œuvres, c’était participer à la considération accordée aux artisans du progrès. Rien de ce qui se passait de nouveau ne laissait les compagnons indifférents, que ce soit la mise au point d’une nouvelle locomotive ou le lancement d’un paquebot, le perfectionnement de l’automobile ou d’une machine-outil. Ils avaient débuté dans le charronnage, la serrurerie, la menuiserie, avant de passer selon des chances diverses par les grands ateliers de mécanique générale à une époque où le travail ne se divisait pas en spécialités très strictes. Chacun forgeait ou soudait le fer aussi bien qu’un forgeron, travaillait la tôle comme un chaudronnier et aurait pu se servir des machines-outils en usage dans les grandes usines. 

Source : Georges Navel, Passages. Récit, Paris, Le Sycomore, 1982, p. 238-239

Au cœur de la fonderie

Même dans la Lorraine sidérurgique, les ouvriers conservent une empreinte rurale, en cultivant la terre. C’est souvent une nécessité car les entreprises créent aussi des économats où les ouvriers sont tenus de se ravitailler mais à des prix élevés. Cette disposition est interdite en 1910.

Source : Georges Navel, Travaux, Paris, Folio, Gallimard, 1994 (1e éd. Denoël 1945), p. 20 et 29-30

Mon père, en sortant de l’armée, était devenu manœuvre aux fonderies de Pont-à-Mousson. La plupart des gens du village de Maidières, où nous habitions, travaillaient eux aussi à l’usine. […] L’usine qui prospérait ne leur assurait pas de quoi vivre, malgré leurs journées de dix heures et même douze heures de travail. Ils étaient entrés une fois pour toutes dans le monde des prolétaires de la grande industrie, en restant pour un quart paysans puisqu’il leur fallait, pour vivre un peu plus à l’aise, cultiver la terre le dimanche. L’apport en légumes des champs qu’ils prenaient en location leur était nécessaire. Ma mère s’occupait dans les lopins que nous avions loués. […] Mon père ne touchait jamais sa paye complète, l’usine faisait ses retenues sur les acomptes reçus ‘en monnaie de singe’, en jetons de cuivre contre lesquels sa coopérative nous vendait des produits d’épicerie, ou le gros bleu que buvait mon père à la cantine en sortant de son travail.

 Travailleur du lin

Le père du syndicaliste Georges Dumoulin est un bon exemple de ces ouvriers de la fin du XIXe siècle dont l’activité principale, ici le travail du lin, est complétée par des activités comme salarié agricole.

Mon père avait horreur des métiers réglementés. Il ne pouvait pas souffrir le travail à la journée qui exige une présence régulière ordonnée par la cloche, le sifflet ou la sirène. Il n’aimait que le travail aux pièces. La vérité, c’est qu’il n’avait jamais travaillé autrement. Il ne connaissait aucun des métiers réguliers dont on dit qu’ils sont ceux des hommes d’état : menuisier, charron, forgeron, mécanicien, etc. Son véritable métier, celui duquel il parlait avec orgueil, était celui de linier. Les liniers était ceux qui, en ces temps-là, empoignaient par écheveaux le lin roui sur lequel ils cognaient avec une espèce de serpe en bois dur pour en enlever les arêtes et en faire de la filasse pour la filature. Mais ce métier n’existait pas dans le canton. Le lin cultivé dans la région allait au rouissage vers la Lys, rouissage au mouillé dans les watergangs, rouissage au sec dans les basses plaines.

Le père avait alors adopté le système qui lui avait paru préférable pour satisfaire ses goûts de travailleurs aux pièces et pour nourrir et occuper sa famille. Jamais je ne lui ai entendu manifester le désir de nous voir apprendre un métier d’homme d’état. Il entreprenait, il prenait à la tâche les travaux de culture les plus divers : sarclage et binage des blés et avoine, démariage et binage des betteraves, arrachage, mise en chaîneaux, battage et bottelage du lin, travaux de moisson, arrachage des betteraves, campagne à la sucrerie.

Georges Dumoulin, Carnets de route (Quarante années de vie militante), Lille, Editions de l’Avenir, 1938, p. 19 

Le savoir-faire des verriers

Avant la mécanisation, le travail des souffleurs nécessite une force physique et une adresse qui s’acquièrent très progressivement au cours de la formation.

« Les répercussions sociales de l’organisation scientifique du travail. Enquête sur la situation du travail dans l’industrie de la verrerie en France en rapport avec le développement du machinisme dans cette industrie », Bulletin du ministère du Travail, avril –juin 1931, note 2, p. 91-92

On sait que l’ancien procédé de fabrication du verre à vitres consiste essentiellement à former un manchon cylindrique ou ‘canon’ par l’action combinée du soufflage et du balancement de la canne du soufflage au-dessus d’une grande fosse, puis à développer et à ‘étendre’ ce cylindre préalablement ‘fendu’ suivant une génératrice.

Trois ouvriers concourent à la confection du canon : l’apprenti ou cueilleur, qui fait les premiers cueillages du verre, le gamin, qui termine le cueillage et commence le soufflage et le souffleur.

Une masse de verre de 15 à 20 kilogrammes est ainsi mise en œuvre à chaque opération et le manchon atteint de 2 à 3 mètres de long et de 32 à 33 centimètres de diamètre au bout d’une canne qui a déjà elle-même de 1 m 50 à 2 mètres de long.

Si l’on considère, en outre, que ce travail se faisait dans une atmosphère surchauffée, on se représente combien est épuisant l’effort d’insufflation et l’effort musculaire considérable qu’il demande. Les rares qualités d’endurance physique, d’agilité, d’adresse et de coup d’œil (pour donner au cylindre ses dimensions et son épaisseur exactes) que doit posséder le souffler et qui exigent une longue formation professionnelle, légitiment les salaires exceptionnellement élevés qui avaient été atteints dans cette profession. Mais par là s’explique aussi qu’elle ait été peu à peu délaissée.

Bulletin du ministère du Travail, avril-juin 1931.

Le travail de la chaussure à Romans

L’embauche de Valdour dans une des capitales de la chaussure lui permet de comprendre comment la division du travail se traduit aussi dans un langage professionnel.

Des coupeurs ont commencé par tailler, sur des patrons de zinc, le cuir des tiges de chaussures. On en a recouvert les formes en bois, que les formiers ont préparées d’après le modèle à la mode. Les coupeurs de presse ont découpé avec une presse mécanique les semelles, bouts, confreforts, etc. Les piqueuses ont assemblé toutes ces pièces. Les tiges une fois fabriquées, la fabrication du pied a commencé : l’arrêteur a fixé les tiges avec la machine à tirer en longueur ; puis, le monteur a fixé les bords de la tige au moyen de la machine à monter et les bouts au moyen de la machine à monter les bouts. La chaussure est alors passée à la rabatteuse après montage et à la machine à coudre la trépointe (petite bande de cuir cousue au bord de la gravure) ; elle a reçu le garnissage et le cambrion, a été présentée à la machine à poser les semelles, à la machine à brocher et à gravurer sur forme, à la machine à petits points. Une autre machine a fixé le talon ; une autre, les chevilles ; la fraise à talons et la fraise à lisses ont terminé talon et semelle. Les chaussures arrivent alors au finissage où je travaille et y subissent diverses petites opérations, dont le verrage et le ponçage des semelles, qui m’incombent, et le bichonnage, avant de passer au service de la mise en boîtes pour les expéditions.

Jacques Valdour, Ouvriers catholiques et royalistes. Romans-sur-Isère et Decazeville. Observations vécues, 1928, Paris, Flammarion, 1928, p. 18-19

2 Lire et écrire pour s’émanciper

C’est entendu : le monde ouvrier lit peu, et prend la plume encore plus rarement. Pour autant, celles et ceux qui ont dû interrompre précocement leur scolarité, conservent parfois le goût de la lecture voire de l’écriture, et deviennent ainsi des autodidactes passionnés. Ces pratiques culturelles sont d’ailleurs valorisées par les organisations syndicales et politiques, pour lesquelles l’ouvrier doit acquérir, selon le mot du syndicaliste Fernand Pelloutier, « la science de son malheur » : la culture émancipe. Après la Première Guerre mondiale, l’écriture ouvrière se diffuse, portant témoignage. Parfois, ce sont encore les enfants devenus écrivains reconnus qui évoquent leurs parents, et les vengent. 

L’amour des livres

A l’occasion d’un congrès syndical à Rome, au printemps 1922, Dumoulin, un des leaders de la CGT, évoque sa soif de connaissances mais aussi la douleur qu’il éprouve à n’avoir pu suivre une formation plus longue. 

Les livres, qui sont souvent notre principal réconfort, contribuent aussi à nos souffrances en exaspérant notre désir de curiosité. Et n’est-ce pas un peu le lot du primaire d’être condamné à vivre dans une sorte de demi-nuit morale ? Eux, ils ont fait leurs « humanités » ; ils scrutent les profondeurs de l’histoire et en expliquent le déroulement. C’est-à-dire que nous savons une grande part de ce que nos pauvres camarades ignorent et nous ignorons ce que savent les gens qui ont pu aller longtemps à l’école et qui, par surcroît, ont pu aller voir sur place ce que leurs études leur ont appris. C’est ce que j’appelle notre demi-nuit.

A la guerre, dans cet agréable séjour des tranchées, j’avais emporté cette série de petits livres classiques de l’histoire ancienne, que l’on payait trois sous à ce moment-là à Paris. J’ai ainsi lu César, Platon, Cicéron et quelques autres. 

Un jour, les gendarmes de la République pour qui on se faisait tuer m’ont saisi ces livres. J’ai compris leur incommensurable sottises parce qu’ils étaient gendarmes, mais eux n’ont jamais pensé au désir que j’avais de vire et voir ce que j’avais lu.

Et m’y voici. 

Georges Dumoulin, Carnets de route (Quarante années de vie militante), 1938. p. 130

 L’enfance de Louis Guilloux

L’échoppe d’un cordonnier socialiste à Saint-Brieuc avant la Première Guerre mondiale, vue par le fils.  

Louis Guilloux, La Maison du peuple, Paris, Grasset, 1997 (1e éd. 1927)

« Mon père, qui se levait avant le jour, ne quittait jamais son travail avant huit ou neuf heures du soir. Des camarades, qui finissaient à sept heures, passaient devant son échoppe en remontant à la soupe. Ils entraient le voir.

Il était penché sur son ouvrage, le front lié à l’abat-jour vert de sa lampe à pétrole, une grosse lampe de cuivre, qui éclairait un coin de la place et que l’on voyait de loin.

Ils s’asseyaient au hasard, sur un tas de souliers, sur un tabouret ou par terre. En hiver, il faisait toujours bon le soir, dans l’échoppe. La lampe répandait sa chaleur. C’était le seul moment de la journée où mon père n’eût pas froid. Quand il faisait beau la porte restait grande ouverte. Il y avait une petite marche pour entrer et il était bien rare que personne n’y fût assis. […] Mais l’hiver, on ne devinait que des ombres à travers les vitres brumeuses de la porte. Parfois, un éclat de voix passait au-dehors, brusquement couvert par la charge du marteau, battant le cuir sur la pierre.

Le soir, le silence était si grand qu’au premier coup de marteau les gens tressaillaient dans le quartier. Mais, dans l’échoppe, la discussion se poursuivait malgré le vacarme, sauf pourtant dans les cas trop graves, où mon père posait son marteau sur son genou et croisait les bras. »

Louis Guilloux, La Maison du peuple, 1927.

Portrait d’une ouvrière par son fils

En brossant le portrait de sa mère, Jean Guéhenno raconte aussi la dureté des rapports sociaux à Fougères et la haine de classe qui en découle.

A la source de ma rancune, il y a quelques images qu’aucun temps n’effacera. Je revois le visage de ma mère, tout ridé par l’angoisse, et ses yeux pleins de pleur. Je la vois toujours travaillant, toujours courant, toujours haletant. Elle courait pour devancer le malheur, pour être là, occuper la place avant lui. Elle ne s’arrêtait jamais parce que lui non plus ne s’arrêtait pas. Chaque journée n’était, semblait-il, qu’un imbroglio de petits et de grands tourments où elle ne se reconnaissait plus. Elle courait « rendre son travail à l’usine, parce que, si elle arrivait trop tard, elle n’aurait plus de nouvelle tâche : la contremaîtresse la remettrait au lendemain matin, et cela ferait une nuit de perdue. Elle courait pour revenir à la maison, parce que les châtaignes seraient trop cuites, et ce serait du gaz perdu. Elle courait toujours. […]

 Ce sont de tels souvenirs qui vous rendent irréconciliable. Ils ne vous laissent plus être heureux sans remords. Qu’il y ait des hommes à qui la vie fasse peur, pour qui elle soit cette course de bête traquée est l’idée la plus difficile à supporter. […]

Ma mère, elle, ne se sera jamais délivrée de la peur. Bien avant qu’elle fût vieille et dût mourir, comme elle voyait qu’elle n’aurait décidément jamais de maison de vivante bien à elle, elle me fit lui promettre qu’elle aurait du moins sa maison, un abri de morte, une bonne grosse pierre de granit taillé, toute simple, mais propre et digne, sur ses os et sa cendre pour l’éternité. Elle l’a. C’est toute sa revanche. 

Jean Guéhenno, Changer la vie. Mon enfance et ma jeunesse, Paris, Grasset, Les Cahiers Rouges, 1990 (1e éd. 1961)

 3 La culture des ateliers

 Les enquêtes et surtout les récits ouvriers permettent d’entrevoir toute une culture et une sociabilité dans les ateliers, souvent tues par le mouvement ouvrier attaché à une certaine respectabilité.  Si on l’y travaille, ce sont aussi des espaces de rire et de blague, où l’on chahute, on trinque, voir où l’on courtise quand des femmes sont présentes. Traditions corporatives et culture ouvrière profondément insérée dans une culture populaire gaillarde et rigolarde entretiennent ainsi une sociabilité qui permet aussi de comprendre l’attachement des ouvriers à leur usine, où ils retrouvent des copains.

 L’amour du métier

Dans les ateliers, les ouvriers qualifiés profitent des temps morts pour bricoler ou façonner un bel objet qu’on offrira un camarade à l’occasion de son mariage ou de son départ en retraite. C’est la perruque, officiellement interdite mais souvent tolérée.

Il aimait le métal, il aimait façonner lui-même ses outils : étau ou enclumette, poinçon, bêche plate ou triandine et jusqu’au pied forgé servant à ressemeler les souliers de travail. Il lui arrivait souvent aussi de bricoler pour les voisins : une queue de casserole arriver, une soudure à faire. Les services ne comptaient plus et s’il ne demandait aucun salaire pour ces menus travaux, il récoltait, par contre, beaucoup de sympathie. […] Autrefois, à l’usine, il était permis de travailler pour soi, de faire de la « perruque ». On n’avait pas à se gêner pour sortir ses outils. Mais aujourd’hui, même pour un malheureux pique-feu, il faut avoir un bon signé du contremaître, sinon, c’est l’amende.

André Philippe, L’Acier. Editions sociales internationales, Paris, 1937, p. 62

La tradition du bizutage

Le bizutage que subissent les jeunes, avec parfois une dimension sexuelle importante, particie des brimades voire de l’humiliation que les anciens imposent aux jeunes, sous couvert de rite d’initiation. Fort heureusement, il a parfois une dimension plus souriante qui le rapproche de la blague.

L’atmosphère des ateliers se transformait. La mécanisation, que le progrès introduisait, imposait une organisation plus poussée, et modifiait peu à peu les mœurs du métier. Cependant, il en demeurait des survivances, et, à l’atelier de montage qui, à part quelques jeunes comme moi, ne comprenait que des bouifs chevronnés, on avait gardé l’esprit et la gouaille d’antan. On pratiquait blagues et brimades, surtout à l’encore des nouveaux ; c’était la tradition.

A part le « quand-est-ce ? », libation de bienvenue que tout embauché devait payer à la communauté d’atelier, on y pratiquait ce qu’on appelle ailleurs le bizutage. Le coup classique était le « passage à la colle ».

Les anciens s’étaient concerté, ils choisissaient le moment où le nouveau passait à leur portée pour lui tomber dessus à plusieurs. Ils le renversaient par terre et pendant que les uns le maintenaient au sol, on lui ouvrait la braguette : l’un deux, rapidement glissait un pinceau enduit de colle de Vienne dans l’ouverture.

Plus le pinceau était gros, plus l’initié était englué et plus les copains étaient ravis. Non qu’ils fussent plus méchants que d’autres, mais les occasions n’aient pas si fréquentes de rigoler un brin et cette détente assez grossière, ne s’embarrassait pas de critères moraux.

Pour mon copte, je subis plusieurs fois l’épreuve de la colle, et, pas plus innocent que mes collègues, je participai aussi au bizutage des nouveaux.

René Michaud, J’avais vingt ans. Un jeune ouvrier au début du siècle, 1983, Syros, 1983, p. 89

Repas de la Saint-Eloi

Certaines professions ont des saints patrons : saint Eloi pour les métallurgistes, sainte Barbe pour les mineurs, sainte Anne pour les menuisiers, etc. La fête offre l’occasion d’un repas plantureux et bien arrosé partagé sur le lieu de travail, propice aux rigolades, même douteuses.

André Philippe, L’Acier, Editions sociales internationales, Paris, 1937, p. 203-204

Déjà six heures et demie ! dit Besset. Allez le Rouquin, fais cuire les biftecks ! […]

De son côté, Besset étalait les victuailles sur une brouette que l’Algérien était allé chercher. Le petit Marcel apportait des seaux, des briques et sortait des placards de petits tabourets faits de trois planches clouées ensemble. Les hommes avaient une demi-heure pour manger mais, ce jour-là, à voir la quantité d’aliments à engloutir et la variété du menu, il était certain qu’une heure ne leur suffirait pas. […] Ils commencèrent pas déboucher les litres et servir le vin, puis ce fut le tour de la soupe et des biftecks. Quand ils en vinrent aux charcuteries : saucisson, boudin, petit salé, le Mitron prit le morceau de pain d’Ali et y enfonça une rondelle de saucisson. Tout le monde avait les yeux fixés sur l’Algérien pour voir la tête qu’il ferait.

A peine eut-il mordu dans le porc qu’il se redressa comme un ressort. Il jeta son pain et se mit à cracher en criant :

Alouf ! Alouf ! (cochon). Les autres riaient mais Ali ne goûtait pas cette plaisanterie à tel point que l’Espagnol de l’ébarbeuse se mit à lui reprocher son mauvais caractère.

4 Sous l’œil du patron

Le patronat commande les ouvriers qu’il fait travailler. A ce titre, il impose une discipline que l’encadrement a pour mission de faire respecter, fixe des horaires, évalue la main-d’œuvre, et lui écrit. Le système impose de maximiser la productivité du travail ouvrier. C’est pourquoi, le patronat préfère le personnel taiseux des usines sans syndicats. Il peut d’ailleurs encourager ce consentement ouvrier par un paternalisme qui se déploie jusque dans les années 1920. Si ce « rôle social » du patronat, relayé par des ingénieurs, contribue à l’amélioration de la condition ouvrière, c’est aussi le moyen de célébrer sa propre générosité.

Portrait de l’ouvrier

Quand un patron lyonnais évoque ses ouvriers, on y perçoit assez vite une condamnation puis un mépris de classe…

30 avril 1906

La prétention de réduire la journée de travail à huit heures est insoutenable, à Lyon plus qu’ailleurs, car l’ouvrier lyonnais est moins vif qu’un autre et il lui faut au moins dix heures pour faire ce qu’un Parisien ferait en neuf, ou un Américain en huit. […] En vérité, la réduction des heures de travail profiterait surtout aux cabarets, accentuerait la tendance à la fainéantise et ferait paraître encore plus pénibles les huit heures qui resteraient à faire.

Les imprimeurs ont accepté comme une transaction la journée de neuf heures. C’est une grave responsabilité aux yeux de toute l’industrie. Il serait plutôt désirable de raccourcir la durée du travail des femmes. Si les hommes avaient du cœur, ils voudraient plutôt travailler une heure de plus et chercher à augmenter leurs gains pour dispenser leurs malheureuses femmes du travail industriel. Mais ils sont, hélas ! trop égoïstes. Comme ils sont sans religion, de moins en moins moraux, on en voit pas comment cet égoïsme pourra se corriger. […]. Je ne crois pas être un aristocrate de tempérament, je ne dédaigne personne, j’estime les gens d’humble naissance que leur mérite et leurs talents élèvent au premier rang, je suis plein d’égards pour les petits et les ignorants, mais vraiment je ne pourrai jamais me résigner à croire que tous les citoyens ont les mêmes droits à la direction d’un pays, qu’ils aient autant de titres que moi à choisir un représentant des intérêts généraux de la République. 

Auguste Isaac, Journal d’un notable lyonnais. 1906-1933, 2002. Lyon, Editions BGA Permezel, 2002, p. 30-31 et 34

Un règlement d’usine

Parmi les prérogatives patronales, figure la fixation d’un règlement d’usine qui s’impose à tous les ouvriers. Car l’usine est aussi un espace disciplinaire.

Règlement type adopté par l’Union des fabricants porcelainiers, et qui entre en vigueur le 1er octobre 1910 :

Disposition concernant la police intérieure :

« Il est interdit :

1° De sortir sans une autorisation écrite pendant les heures de travail, et les ouvriers ainsi autorisés ne pourront sortir en tenue d’atelier.

De quitter le travail avant que le signal soit donné.

2° D’entrer dans les ateliers en état d’ivresse, de même que d’y introduire du vin, eau-de-vie, liqueurs, etc.

3° De s’y livrer à des excès de langage, se disputer, se battre, causer un trouble quelconque et s’occuper de choses étrangères au travail.

4° Les ateliers et magasins devront être évacués un quart d’heure après la cessation du travail.

5° Tout ouvrier est responsable du matériel qui lui est confié. En cas de dégâts faits, tant à ce matériel qu’aux locaux servant au travail, tous les ouvriers composant l’atelier sont responsables des dits dégâts, jusqu’à ce que l’auteur en soit connu. Tout dégât causé sera payé par son auteur.

6° Il est interdit aux ouvriers de stationner ailleurs que dans leurs ateliers respectifs ; ils doivent veiller à ce qu’une scrupuleuse propreté préside à la manipulation de la pâte, des ébauches, moules, planches, couleurs, matières précieuses, etc. Ils sont responsables des aides qu’ils emploient et sont tenus d’en surveiller le travail et la conduite.

7° En cas de départ volontaire ou de renvoi, il n’existe aucun délai de congé de huitaine ou autre, mais tout travail commencé devra être terminé sans interruption. Le paiement des salaires sera fait immédiatement si l’ouvrier est congédié, et au jour de paye habituel s’il quitte lui-même l’établissement. […]

8° Toute infraction au présent règlement sera passible d’une peine disciplinaire qui sera appliquée suivant la gravité du cas, au moyen d’amendes, de renvois temporaires ou définitifs. Le montant des mandes sera versé à la caisse de secours de l’établissement.

La cité Michelin

Après l’adoption de la loi des 8 heures en avril 1919, le ministère du Travail rédige une circulaire le 27 mai qui invite les organisations patronales à multiplier les moyens d’éducation. Dans les mois suivants, remontent les enquêtes dans lesquelles les firmes signalent les œuvres sociales réalisées. Par là se dévoile l’ampleur du paternalisme.

La société Michelin s’est préoccupée d’assurer à ses ouvriers un foyer convenable qui les attire et les retienne et de mettre à leur disposition un jardin leur permettant d’utiliser leurs loisirs. Elle possède déjà 420 logements de 2,3, 4 et 5 pièces. Son programme prévoit l’achèvement, pour la fin de l’année 1920, de 108 logements, en 27 bâtiments, et pour 1921, la construction de 424 logements en 106 bâtiments.

A chaque logement est affecté un jardin d’environ 200 mètres carrés. Dans la crainte que ce jardin soit insuffisant pour occuper tous les loisirs d’un ouvrier, il a été décidé de procurer, à des conditions avantageuses, à tous ceux qui en feraient la demande, un autre jardin d’une étendue pouvant atteindre jusqu’à 800 mètres carrés.

L’Association sportive Michelin a pris, ces temps derniers, une grande extension. Elle est ouverte à tout le personnel ; tous les sports y sont pratiqués.

Le local, à proximité de l’usine, comporte une salle de lecture et une salle de jeux où, après leur travail, tous les membres peuvent, à volonté, lire les journaux littéraires et sportifs. La salle de lecture comprendra bientôt une bibliothèque très complète.

A côté de ces salles de lecture et de jeux a été aménagée une salle de culture physique de 400 mètres carrés environ, où tous les ouvriers peuvent, gratuitement, venir aussitôt après leur travail, s’exercer sous la direction d’un moniteur. A cette salle est annexée une salle d’agrès. Une autre annexe en construction sera constituée par une piscine couverte de 30 mètres de long sur 10 mètres de large environ. Un établissement de douches fonctionne en ce moment.

L’association sportive Michelin possède également un grand terrain sportif entre Clermont et Montferrand […] où l’on pratique assidûment foot-ball, courses à pied, tennis, boules, etc.

Au cours de cette année, la société Michelin a fait donner des conférences instructives à son personnel pouvant réunir environ 250 personnes et dans lesquelles seront données des conférences filmées mi-partie récréatives et mi-partie instructives. De plus elle construit une salle de spectacles pouvant contenir 2.000 personnes et qui servira à des conférences d’hygiène ou à des causeries diverses, à des séances de cinéma, de chant, etc.

Enfin, il a été créé depuis le 4 octobre, un cours de perfectionnement pour les apprentis ajusteurs, chaudronniers, tôliers, menuisiers et serruriers. Ce cours s’adresse à des apprentis ayant d’un à trois ans d’atelier ; il est destiné à en faire des ouvriers complets, en leur apprenant surtout le dessin industriel. Des séances ont lieu tous les jours, en dehors des heures de travail, de 17 heures ½ à 18 heures ½.

Bulletin du Ministère du Travail, octobre-novembre-décembre 1920.

Les jardins ouvriers à Montluçon

On compte donc, dans l’ensemble, à Montluçon, 1.600 jardins ouvriers. Si l’on ajoute que beaucoup d’ouvriers ont en banlieue leur petite maison pourvue d’un jardin, on peut dire que tous les ménages ouvriers ont leur jardin.

Il faut voir le soin avec lequel les jardins sont cultivés : on ne cultive pas que les légumes, objets d’utilisation immédiate, mais les fleurs, arbres et arbustes. […] Dès la sortie des ateliers, sans flâner, sans s’arrêter au cabaret, chacun rentre à la maison, ou se rend directement au jardin où l’attendent la femme et les enfants. Le dimanche, le jardin est un but de promenade et chacun fait admirer sa production de légumes, fleurs et fruits. […]

On voit par cet exposé le souci des sociétés industrielles installées à Montluçon de ne pas laisser les ouvriers gâcher leurs loisirs. On peut dire qu’on y a réussi. On atteint de cette manière le moyen vraiment pratique de combattre l’alcoolisme. Seuls s’en plaindront les débitants et cabaretiers qui voient baisser leurs clientèle.

Un autre résultat heureux a été de stabiliser l’ouvrier qui s’attache à son usine et à son jardin. Il est peu de localités où l’ouvrier soit aussi stable ; chaque année, les médailles d’honneur du travail y sont nombreuses ; des générations d’ouvriers se succèdent dans la même usine ; parfois dans la même usine, parfois dans la même profession et le même atelier.

Bulletin du Ministère du Travail, 1921.

5 Travailleurs étrangers

Depuis les années 1880, l’immigration contribue à étoffer un monde ouvrier en pleine croissance : Belges et Italiens d’abord, puis Juifs d’Europe centrale, et une poignée de travailleurs venus des colonies juste avant la Grande Guerre. Leur localisation et leur emploi obéissent à des logiques de proximité et de spécialisation nationale. Les Italiens se concentrent ainsi dans le Sud-Est et dans la Lorraine du fer, tandis que les Belges privilégient le Nord. Ces ouvriers étrangers, en butte à une xénophobie généralisée, accomplissent les besognes les plus pénibles que les nationaux peuvent dédaigner. Ils cherchent alors à se regrouper pour activer les liens de solidarité et limiter le mal du pays.

La nébuleuse des ateliers

Au début du siècle, une enquêtrice allemande examine la manière dont l’immigration se spécialise dans certaines activités. La confection parisienne utilise massivement ces ouvriers immigrés.

L’entrepreneur en confection à Paris fait travailler en atelier ou à domicile. Dans ce travail de confection nous trouvons tous les degrés de l’exploitation jusqu’au sweating le plus éhonté. Tous les quartiers ouvriers de Paris sont le siège de ce sweating, Montmartre, Clignancourt, Montrouge, Plaisance, Charonne, La Villette. Le travail en chambre est une triste industrie domestique.

Comme il est naturel, la majorité de la main-d’œuvre est française, et ce sont les ouvriers disqualifiés par inconduite ou vice, les prolétaires non qualifiés, beaucoup de ménagères qui cherchent un salaire d’appoint, beaucoup de femmes sans métiers et sans appui, beaucoup  d’enfants aussi qui, à la sueur de leur front, cousent ces vêtements anonymes.

Mais l’immigration étrangère non qualifiée, venant de pays frustes, apportent son continent de misère à cette industrie maudite : Slaves, Polonais et Russes surtout, Israélites, Roumains et Turcs sont les plus exploités. Puis viennent les Belges, très nombreux dans ce genre de travail, les Italiens, les Allemands et les Suisses, ou mieux les Italiennes, Allemandes et Suissesses, car les femmes prédominent. 

Ici, c’est la spécialisation à outrance, personne ne fait entièrement un vêtement ou une partie de vêtement. Chacun besogne sur des parties de parties, et jamais il n’apprendra l’ensemble.

Melle Schirmacher, La spécialisation du travail par nationalités à Paris, Paris, Arthur Rousseau, 1908, p. 70-71

Une vie à soi

Les mines de fer de Lorraine recrutent massivement des ouvriers italiens. A Homécourt, ils forment une petite colonie, sur laquelle pèsent les stéréotypes nationaux.

Commandant G. Raynaud : « La colonie italienne d’Homécourt », Le Musée social, juin 1910, cité in Serge Bonnet : L’homme du fer, Mineurs de fer et ouvriers sidérurgiste lorrains.

Tome 1 1889-1930, Nancy, Centre lorrain d’études sociologiques, 1976,  p. 131-133

Une cantine est organisée en général pour loger 20 à 30 ouvriers. Une femme, le plus souvent Luxembourgeoise, propriétaire ou locataire de l’immeuble, assure le service et prépare les repas des ouvriers.

La cantine comprend, au rez-de-chaussée, la cuisine et des salles de café, des poulaillers, des étables à porcs ; au premier, des chambres aménagées en dortoirs. […] Le matin, l’ouvrier partant pour l’usine cède son lit au camarade de l’équipe de nuit qui vient le remplacer : les lits sont donc occupés jour et nuit par deux équipes de dormeurs, qui ne se rencontrent que le dimanche. […]

On ne mendie pas à Homécourt ; nous venons de constater que les Italiens sobres, travailleurs, sont en outre d’une probité indiscutable, mais nos éloges s’arrêtent là. Aucune autorité administrative ou municipale n’est admise par ces braves gens qui ne sont pas des révoltés mais sont peut-être indépendants à l’excès. Tous ont des papiers en règle… qu’ils se repassent avec facilité. Aucun contrôle sérieux n’est exercé sur eux. Ces 5 000 habitants d’un village français tâchent de vivre en paix avec les autorités qui interviennent le moins possible dans les affaires de la turbulente colonie.

Tous les dimanches, les abords des cantines et les routes qui traversent l’agglomération italienne sont transformés en champs de bataille où sous les prétextes les plus divers on échange des coups de révolvers. […] Les causes des rixes sont souvent d’ordre sentimental mais aussi le jeu sert de prétexte aux coups de couteau. […]

Les colonies italiennes semblables à celles d’Homécourt se sont multipliées depuis trois ans dans la région entre le Luxembourg, Briey et Conflans-en-Jarnisy. L’exploitation du sous-sol aujourd’hui complètement exploré va faire de cette partie de la Lorraine l’une des régions industrielles les plus riches en Europe. Pour attirer la main-d’œuvre italienne, décider les familles à s’établir dans le pays, et rendre les ouvriers moins nomades, les concessionnaires des mines bâtissent de jolis villages – aux rues bien tracées, avec de grandes places, des lavoirs, de l’eau, exclusivement destinés à loger les ouvriers étrangers. Je citerai au hasard les villages italiens de Trieux et Auboué – habités chacun par 5 000 à 6 000 étrangers. Partout les vieux habitants lorrains ont rejeté le plus loin possible de leurs villages ces cités ouvrières avec lesquelles ils n’aiment pas à voisiner. 

  1. Raynaud, « La colonie italienne d’Homécourt », Le Musée social, juin 1910.

Les Flahutes du Nord

L’industrie textile du Nord attire les ouvriers flamands. Si une partie s’installe sur place, une autre préfère rester en Belgique et accomplit de longs trajets quotidiens de part et d’autre de la frontière.

Les ‘pots-au-burre’, les Flahutes, dit-on aussi, ce sont les ouvriers flamands qui viennent travailler en France, et s’en retournent le soir en Belgique. Jadis, tous arrivaient pour la semaine entière avec leurs vivres. Ils n’achetaient rien, ne dépensaient pas un sou, vivaient à quatre et cinq dans un garni, et travaillaient avec cette patience courageuse de bête de labour qui caractérise la race ouvrière flamande. A eux les rudes besognes, les tranchées, les terrassements, les pavages ; à eux aussi les places les plus pénibles dans la fabrique, aux chaufferies, aux filatures, aux déchargements… Toujours contents, ils riaient de la peine, avec leur vigueur de gens nourris sainement de choses naturelles et simples, venues tout droit de leur sol.

Aussi, de tout temps, le peuple de Roubaix-Tourcoing les a-t-il eux en grippe, ces gaillards bruyants et hardis, lents au parler, tenaces à la besogne. Et comme on les voyait autrefois passer la frontière, le lundi matin, débarquer des trains avec leur pain de six livres, leurs œufs, leur lard, et aussi leur fameux pot de beurre, on les avait affublés du surnom patois de ‘pots-au-burre’.

De nos jours, ils viennent en vélo, chaque matin. Ou bien, pour ceux qui habitent au loin, des convois d’autobus payés par les usines s’en vont à l’aube les prendre en Belgique, dans leurs villages, pour les y ramener le soir. A six heures, aux frontières, c’est ainsi un défilé incessant de lourds autocars bondés de Flamands, hommes et femmes, entassés pêle-mêle. Ils parlent, fument, chantent, tandis que les énormes machines suivent les étroits pavés, à travers les Flandres et le Hainaut, s’arrêtant partout, desservant toute la zone frontalière, en un réseau serré, qui rayonne autour de Roubaix-Tourcoing jusque Tournai, Courtrai, Roulers et Ypres.

Sobres, satisfaits de peu, ces Belges ne dépensent guère, rapportent chez eux la semaine entière, accrue des quarante pour cent du change. Ils ont là-bas des poules, des lapins, une chèvre, un cochon, que soigne la femme. Eux, le dimanche, cultivent le bout de terre. Et ils vivent ainsi, en paysans, attachés à leur village et à leurs mœurs, race forte que n’entame pas le contact des villes, et qui, quoi qu’elle passe par l’usine, garde pourtant, étonnamment, les mœurs, l’allure, et toute la mentalité des gens de la terre.

Maxence Van der Meersch, Quand les sirènes se taisent . in Gens du Nord, Presses de la Cité, coll. Omnibus, 1993, p. 123

Les parias de l’usine

A la veille de la Première Guerre, la raffinerie Say à Paris, où travaille le syndicaliste Lucien Cancouët, utilise une main-d’œuvre coloniale à qui sont réservés les travaux les plus éprouvants.

Les principaux ateliers, en dehors du dock de livraison, assuraient le lavage, la cuisson, le cassage, l’emballage et l’expédition. Quant à la population ouvrière de l’usine, elle était disparate. Les cadres, du chef d’équipe au chef d’atelier, étaient Français. Le personnel sédentaire et celui affecté aux travaux exigeant une certaine responsabilité l’étaient également. Par contre, la foule des manœuvres chargés de pousser les wagonnets, de manutentionner, de porter, était composée d’Algériens. C’étaient les parias de l’usine. Ils formaient entre eux des sortes de colonies groupées selon leur village d’origine et travaillant généralement ensemble. C’étaient de pauvres hères passifs et indolents à l’extrême, que les chefs d’équipe étaient obligés de bousculer quelquefois assez brutalement pour leur faire exécuter leur tâche. Leur salaire dérisoire variait selon la région d’où on les avait fait venir ; car l’usine les embauchait sur place, dans leur pays, et leur payait le voyage pour venir à Paris. Naturellement, elle leur retenait par la suite ces frais, ce qui avait le double avantage de les rémunérer selon un barème des plus fantaisistes et de les tenir attachés à l’usine puisqu’ils étaient endettés envers elle. C’était en somme, un système d’esclavage. Mais les intéressés ne se plaignaient pas. Ils subissaient leur sort avec un fatalisme tout oriental. Inch Allah !

Lucien Cancouët, Mémoires d’un authentique prolétaire, Paris, Vendémiaire, 2011, p. 150.

6 Les femmes au travail

Les ouvrières constituent tout au long du siècle une fraction conséquente et sous-estimée de la main-d’œuvre. Parce que le patronat lui prête des qualités naturelles de dextérité ou d’habileté, il en profite pour lui réserver des travaux pénibles et minutieux dans les industries textiles et électriques en particulier. De même, l’idée que le travail des femmes constitue un salaire d’appoint légitime les basses rémunérations, et par là avive l’hostilité des hommes qui redoutent cette concurrence féminine. Pourtant les ouvrières participent aux luttes depuis les années 1880. Toute la difficulté est de parvenir à se faire entendre, y compris des syndicats. Aucune femme par exemple ne participe aux délégations syndicales lors des négociations de 1936 et 1968. 

Des ouvrières jeunes et exploitées

La journaliste et militante Marcelle Capy choisit de s’embaucher à l’usine de lampes Osram de Puteaux. Son récit est une violente dénonciation des conditions de travail réservées aux ouvrières.

L’usine de lampes Osram à Puteaux  

Je prends place dans ce lieu infernal en qualité d’apprentie. Une ouvrière habile est chargée de m’apprendre. Je dois dire qu’elle fait preuve d’une grande patience et d’une grande amabilité, guidant mes gestes gauches, et indulgente lorsque mon attention, attirée ailleurs, ne se fixe point sur la machine où je travaille.

En effet, je regarde peiner mes camarades d’atelier. Je remarque que certaines machines sont plus puissantes que d’autres, et que les ouvrières, qui assurent leur service, sont continuellement debout. Elles préparent les gros globes électriques, leur labeur est encore plus dur, la température de leurs réchauds est plus forte, le soudage demande plus de temps.

Lorsque l’atelier est en plein travail il y règne une chaleur de 40 à 50 degrés. […]

Je remarque que la majorité des femmes employées dans l’atelier sont jeunes et gentilles, vêtues de grandes blouses blanches ou noires et de petits tabliers d’indienne.

Dans les allées vont et viennent quatre gosses de 13 à 14 ans, qui portent et remplissent les nacelles de phosphore. Pâles, maigres, elles offrent le plus douloureux des spectacles. A tout instant, la poudre phosphorée rejaillit sur leurs bras nus, provocant des brûlures. La direction n’en a guère souci. Leurs mains sont jaunes, boursoufflées. Du bout des doigts au coude, ce n’est qu’une vaste plaie. Un tablier de toile cirée retenu par des ficelles, protège leur robe. Le tablier est percé. De place en place, sur leur corsage, l’étoffe brûlée se déchire. L’une d’elles s’approche gentiment de moi, et me demande si je commence à m’habituer.

Marcelle Capy, « L’usine de la Lampe Osram. Ce que j’ai vu », La Bataille syndicaliste, 4 octobre 1913.

7 L’heure du déjeuner

Après le travail, vient l’heure de manger. Depuis 1905, une loi interdit de prendre ses repas dans les ateliers, mais elle n’est pas toujours respectée. Les ouvriers se retrouvent souvent dans les bistrots autour des usines, qu’ils préfèrent longtemps aux cantines d’usines, en plein essor après la Première Guerre mondiale, parce qu’ils veulent manger (et boire) entre eux. La pause du repas témoigne aussi d’une sociabilité : se retrouver entre copains, en partageant de la nourriture et en blaguant, permet d’entretenir une ambiance conviviale, mais offre aussi l’occasion de discuter de ce qui ne va pas et pourrait changer… 

Le restaurant ouvrier

Un restaurant ouvrier dans le quartier du Quai de la Gare à Paris au début des années 1920, vu par Jacques Valdour,

  « Je prends le repas de midi dans un petit restaurant du voisinage, que fréquentent des ouvriers d’usines ou chantiers voisins. […] Le patron ne met jamais d’eau sur la table ; il voudrait imposer les habitudes d’avant-guerre. Mais son insistance n’obtient aucun succès. Invariablement les clients réclament de l’eau. […] Avant la guerre la demande d’une carafe eût provoqué d’impitoyables moqueries. Avant la guerre également, des litres auraient été placés à l’avance sur les tables ; on n’y voit plus maintenant que des chopines et, le plus souvent, le client réclame simplement un demi-setier (un quart de litre) […]. C’est le plat de viande le moins cher qui est le plus généralement demandé, c’est-à-dire du bœuf bouilli aux légumes, dont la portion revient à un franc cinquante centimes, au lieu d’une côtelette ou d’un bifteck, qui coûte de un franc soixante centimes à un franc quatre-vingt centimes. Il est manifeste que les ouvriers se privent pour économiser. 

Tous mangent avec hâte, la plupart silencieusement. Par exception, quelques propos sont échangés plus ou moins brusquement ; une brève discussion s’élève. […] Un autre jour, des ouvriers se plaignent amèrement des palinodies de ces politiciens qui se sont servis du socialisme pour arriver au pouvoir. 

Jacques Valdour, , Ouvriers parisiens d’après guerre. Observations vécues, Lille-Paris, René Giard – Arthur Rousseau, 1921, p. 38-40


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search