Jérémie Brucker, premier lauréat du prix de thèse Rolande Trempé de l’AFHMT

Samedi 26 septembre 2020, l’AFHMT a remis le prix de thèse Rolande Trempé à Jérémie Brucker pour sa thèse « Avoir l’étoffe. Une histoire du vêtement professionnel en France des années 1880 à nos jours », soutenue en 2019 sous la direction de Christine Bard. Ce travail, unanimement salué par le jury du prix, fera prochainement l’objet d’une publication aux éditions l’Arbre bleu. 

Résumé de la thèse

Avoir l’étoffe
Une histoire du vêtement professionnel en France des années 1880 à nos jours

           

            Dans le monde du travail, les lois, les règles, les normes, les codes et les usages font le vêtement. L’habillement au/de travail est une combinaison originale de vêtements fournis ou imposés par l’employeur et de vêtements laissés à l’appréciation du/de la travailleur.euse. Professionnel, de travail ou d’uniforme, l’habit revêt de nombreuses fonctions et symboliques : il cache, montre ou met en valeur le corps dans le but de servir l’entreprise à l’extérieur comme dans son organisation interne.

            Les profondes mutations du vestiaire professionnel depuis le XIXe siècle en font un objet d’étude historique de premier plan. Simplifiée, normalisée, voire supprimée, la tenue de travail implique l’intervention, la manipulation et le regard d’une multitude d’acteurs comme, par exemple, les dirigeants d’entreprise, les fabricants de vêtement, les travailleurs et les travailleuses ou encore les usager.e.s et les client.e.s. À la croisée de l’histoire économique, sociale, culturelle et des études de genre, il s’agit d’étudier le vêtement sous toutes ses coutures – couleurs, formes, matériaux – et d’analyser sa place dans l’organisation des entreprises, notamment à La Poste et à la SNCF. Cette thèse a également pour objet de mesurer le rôle du vêtement de travail dans la construction des identités sexuées personnelles et professionnelles afin d’évaluer le pouvoir des apparences dans les milieux professionnels français des années 1880 à nos jours.

Dressing the part
Professional clothing in France from 1880 to the present day.           

         In the world of work, clothes depend on laws, rules, norms, codes and habits. At the end of the 19th century clothing worn at work was increasingly identifiable whilst taking various styles. Working clothes are a mixture of what is acceptable to the employer and also to the taste of the employee. The outfit, worn as a uniform, or in a professional or working environment, takes on many functions and symbols. It hides, displays or highlights the human form in order to reflect the company’s values to the outside world as well as within the organisation.

The profound changes in workwear since the 19th century are the subject of important historical study. Simplified, normalised, or even eliminated, working dress involves the intervention, manipulation and eye of a number of participants including company managers, clothing manufacturers, both male and female workers and even clients and customers. At the crossroads of economic, social and cultural history as well as gender studies, the issue is to consider workwear from all angles – colour, shape, material – and to analyse its place in the company organisation especially in compagnies such as La Poste and the SNCF. This thesis also endeavours to appraise the role of workwear in building gender and professional identity in order to analyse the power of appearances in the French professional sphere from 1880 to our present day.

 


blaszkiewicz

Doctorante en histoire contemporaine au CHS des mondes contemporains (Paris 1 - Panthéon Sorbonne)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search