Hommage à Franco Ramella

Franco Ramella nous a quittés il y a un peu moins d’un mois. C’était un grand historien italien, trop méconnu en France. Maurizio Gribaudi a accepté que nous traduisions l’article qu’il publié dans le journal Il manifesto pour rappeler son parcours.  Nous l’en remercions.

Corine Maitte

 

 

 

Jeudi dernier, le 25 novembre, le virus haineux qui fait rage depuis un an sur toute la planète a également emporté Franco Ramella, l’un des observateurs les plus fins des mouvements politiques et démographiques qui ont ébranlé et construit la société contemporaine.

Nous sommes nombreux à déplorer la disparition de ce savant de 81 ans qui vivait encore comme un jeune homme, animé d’une incroyable curiosité intellectuelle et d’une lucidité d’observation acquises au cours d’un parcours de vie riche et complexe.

Franco était un grand historien. Mais sa renommée était surtout internationale. Quant à l’Italie, le milieu universitaire a eu du mal à saisir l’importance d’un chercheur qui a obtenu son premier poste à l’université à l’âge de 50 ans. Franco savait qu’il était un professeur marginal, mais il le revendiquait aussi avec force. Son identité académique unique était le résultat d’un cheminement non conventionnel à travers divers espaces et expériences de vie qui lui avaient apporté une connaissance directe et non médiatisée des mécanismes qui agitent les sociétés contemporaines. Franco le savait et se sentait à juste titre différent de la majorité de ses collègues.

Pour parler de lui et comprendre la signification profonde de son œuvre, il faudrait évoquer toutes les étapes et les figures qui ont marqué son parcours, à commencer par les personnages divers et bariolés de sa famille de Biella. Mais nous pouvons peut-être commencer en 1965, quand il a succédé à Pino Ferraris comme secrétaire du PSIUP à Biella[1]. Ce fut également le moment de sa rencontre avec Luciana, la compagne de sa vie, qui se souvient de lui comme d’un jeune homme plein d’enthousiasme mais épuisé par la gestion de la section locale et enchaîné à la machine à écrire pour imaginer et préparer chaque semaine, de A à Z, la publication du « Corriere socialista del biellese« . Un travail grâce auquel il avait établi des liens importants avec un vaste réseau de personnes d’une grande humanité. Mais cela lui avait aussi donné un ulcère chronique et les premières déceptions par rapport à des formes de militantisme qui semblaient déterminées avant tout par une recherche de protagonisme.

C’est peut-être ce premier décalage entre l’image et le contenu des rôles sociaux qui explique sa décision d’abandonner le militantisme politique en 1972, lors de la dissolution du PSIUP. Certains de ses camarades avaient rejoint le PSI[2], d’autres avaient rejoint les groupes de la gauche extra-parlementaire. Franco, en revanche, avait préféré s’éloigner et commencer à travailler comme journaliste et écrivain indépendant pour divers journaux locaux et petites maisons d’édition de Turin. Un moment difficile, mais aussi une opportunité pour de nouvelles aventures et pistes de recherche. Puis, avec l’enracinement progressif dans le tissu intellectuel de Turin, arrivent les premières missions de recherche. En 1974, il commence à collaborer avec le Centre Gobetti[3], qui lui demande de cataloguer et d’organiser la masse impressionnante de documents sur les mouvements sociaux et politiques nés en 1968, qui formeront le Fonds Marcello Vitale. Avec Luciana, il a travaillé à la préparation de la brochure pour le 20e anniversaire du Centre Gobetti et, surtout, il a commencé le long travail autour de la chronique manuscrite des grèves ouvrières de la vallée de la Strona. Un document rare que Luciana avait découvert en accompagnant Pino Ferraris dans ses pérégrinations sur les traces du monde ouvrier de Biella et dont elle avait édité une transcription critique pour son mémoire de fin d’études, dirigé par Giovanni Levi, alors jeune professeur, de la même génération que Franco et historien à l’approche militante.   

Franco fut frappé par ce document. Le travail des archives et les images floues d’un monde disparu qui avait tenté avec une énorme souffrance de s’opposer au développement du tissage mécanique le poussèrent à essayer de dissoudre les brumes qui nous séparent des événements passés, de les repositionner dans le contexte de l’époque mais aussi et surtout de les saisir à travers le regard des hommes et des femmes qui avaient vécu ces luttes.

Le travail sur le manuscrit de la Valle Strona s’est donc progressivement développé et, grâce à une reconstitution historique massive, est devenu Terra e telai, le magnifique livre publié en 1984. Un texte dense, résultat d’un travail intense sur les documents d’archives et du lien profond de Franco avec l’espace de ces vallées et la vie de leurs familles de travailleurs. Le mouvement ouvrier, explique Franco, n’est pas un phénomène qui s’explique uniquement par des catégories telles que la relation avec le marché du travail, le système productif ou la position de classe. Il est l’expression de formes dans lesquelles les faits et les chemins de la vie sont condensés. « Même les travailleurs ont une mère », aurait dit Franco lors d’une conférence, suggérant ainsi que les pratiques politiques reflètent également les relations complexes nouées entre les familles, la parenté et l’espace physique et social plus large.

Dans ce contexte, l’horizon de la migration apparaît naturellement comme central. C’est l’une des conclusions importantes de Terre e telai mais elle constitue également le point de départ d’une nouvelle phase dans la vie de Franco en tant qu’homme, mari et chercheur. Nous sommes au début des années 1980. Le livre de Franco n’était pas encore terminé. Mais le travail sur les archives réalisé avec Luciana ainsi que les premières explorations de Franco à propos des routes migratoires sont bien connues. La Banque Sella, qui entendait célébrer le centenaire de sa fondation en 1986, charga alors le couple de rassembler une vaste documentation sur les itinéraires empruntés par les femmes et les hommes ayant quitté leurs foyers et leurs usines textiles pour chercher fortune à l’étranger.

Le projet est bien subventionné. Franco n’a pas d’emploi stable et Luciana se met en préretraite. Ils prennent leurs valises et partent : d’abord la France, puis Paterson, aux États-Unis, puis l’Amérique du Sud, en passant par les villes industrielles d’Argentine, puis l’Italie et la France à nouveau. Entre 1980 et 1986, les deux globe-trotters intellectuels ont produit des centaines de pages d’observations minutieusement recueillies dans les archives les plus lointaines.

 De cette période, il nous reste des textes à la fois très beaux et très perspicaces sur ce que signifie migrer. Des textes d’un observateur intelligent qui articule avec brio les outils de l’histoire, de l’ethnologie et de la sociologie. Il suffit pour cela de relire l’extraordinaire livre One Family, Two Worlds: An Italian Family’s Correspondence Across the Atlantic, une analyse précise de la longue correspondance de la famille Sola avec leurs trois enfants qui se déplacent entre Buenos-Aires et New-York, et d’autres ouvrages, qui tracent un chemin de recherche physique et intellectuelle bien au-delà de la commande de la Fondation Sella. Entre 1980 et 2000, Franco a écrit plus de 40 articles sur l’impact de la migration dans des contextes et des moments historiques spécifiques. Ces textes ont été publiés dans différentes langues et sont nés sous l’impulsion de débats ouverts avec un large ensemble de collègues italiens et étrangers. 

Franco est un grand historien pour son ouverture, sa curiosité intellectuelle et sa capacité d’observation et d’analyse. Mais sa force réside aussi dans ce qui m’a toujours semblé être un véritable partenariat de recherche établi entre Luciana et lui et dès la première rencontre. L’image qui pourrait le mieux exprimer la nature de leur collaboration est celle d’un couple de chercheurs « proto-industriels ». Ensemble, ils ont visité des archives, pris des notes, rédigé des rapports et discuté des textes. Et il est certain que la continuité de l’association et l’union de deux esprits rassemblés dans un même projet ont grandement bénéficié à ce que nous avons lu de Franco.

Depuis 2000, comme de nombreux chercheurs, Franco a été sensible aux tensions qui traversent les sociétés européennes autour des migrations extracommunautaires. Ses questions se déplacent alors vers la nécessité de comprendre ces phénomènes, au-delà des versions réductrices qui dominent les débats, en utilisant la méthode comparative. Comparer, en d’autres termes, les migrations du passé avec celles du présent et, en même temps, les migrations internes avec les migrations extracommunautaires. En utilisant des techniques développées dans ses études américaines, il suit les parcours des migrants arrivés à Turin dans les années 1960, montrant comment les besoins de leur famille et les logiques communes à toutes les migrations définissent une classe ouvrière distincte d’origine méridionale. Plus tard, il s’occupe également des « secondes générations », découvrant par exemple de très fortes similitudes entre les difficultés scolaires des enfants de migrants internes (venant en particulier du Sud de l’Italie) et des enfants de migrants étrangers à Turin, difficultés qui reflètent les nombreux mouvements dans la ville.

Des résultats similaires avaient été obtenus dans le cadre du projet développé avec Angelina Arru comparant les migrations internes à l’époque moderne et contemporaine. Dans ce cas aussi, a été mise en évidence la continuité des phénomènes qui favorisent ou freinent les choix et les mouvements des personnes, et définissent les modes mêmes d’intégration, ainsi que les rôles joués par les femmes. Des phénomènes simples qui renvoient une fois de plus à la nature des réseaux de parenté et de relations que les immigrés (passés ou contemporains, autochtones ou étrangers) peuvent mobiliser.

Dans les textes que Franco a publiés au cours des vingt dernières années de sa vie, nous trouvons la plénitude d’une pensée qui a toujours refusé de réduire l’observation à des catégories et des visions du monde préconstruites. Une posture que l’on retrouve, avec tristesse, dans son dernier article écrit il y a quelques semaines, au titre tragiquement évocateur : « Les nouvelles formes de mobilité de la population, la spécificité de la famille italienne et l’explosion du coronavirus en Lombardie ». Une analyse qui montre, une fois de plus, le poids de la micro-dynamique sociale dans la détermination des phénomènes historiques.

Maurizio Gribaudi

 

[1] Biella est l’un des grands centres industriels textiles du Piémont ; le PSIUP (Parti socialiste italien d’unité prolétarienne) est une scission de gauche du PSI, créée en 1964, qui refuse l’alliance avec la démocratie Chrétienne et préconise au contraire une alliance avec le PCI.

[2] Le parti socialiste italien.

[3] Le centre culturel a été fondé en 1961. Piero Gobetti est un journaliste et intellectuel libéral fondateur de plusieurs revues dont Energie nuove et La rivoluzione liberale ; assassiné en 1926 à Paris sur ordre de Mussolini. Le centre est doté d’une bibliothèque, d’archives, d’un centre de conférences et se veut un lieu de dialogue civil et culturel, sur les traces de Piero et Ada Gobetti mais aussi de Noberto Bobbio et Bianca Guidetti Serra.   


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search