Aimée Moutet, historienne du travail

Nous avons demandé à Eric Geerkens, professeur à l’université de Liège, d’évoquer le travail d’Aimée Moutet. Nous nous réjouissons de publier ce bel hommage qu’accompagne une bibliographie. 

 

 

 

Travail et travailleurs sont présents dans quasiment toutes les publications d’Aimée Moutet.

Si son premier article, paru en 1967 et tiré d’un mémoire de DES réalisé sous la direction d’Ernest Labrousse, traitait du mouvement ouvrier parisien après la Commune, l’essentiel de l’attention portée aux ouvrières et ouvriers et à leurs organisations s’inscrit dans son étude au long cours de la rationalisation dans l’industrie française du premier vingtième siècle.

Suivant la chronologie de ses publications, l’attention d’Aimée Moutet s’est d’abord portée sur les positions des organisations ouvrières à l’égard de la rationalisation, soulignant leur adhésion précoce à la logique productiviste, partagée tant par les organisations réformistes que révolutionnaires, même si ces organisations n’adoptent pas le même positionnement à ce propos. Acceptées durant les années ’20, parce qu’elles pouvaient être porteuses d’avantages nouveaux pour les salariés, il ne pouvait plus en aller de même durant la crise lorsque, sous la menace du chômage qu’elles contribuaient à aggraver, les méthodes d’organisation appliquées plus rigoureusement ont signifié travailler plus pour gagner moins. Aimée Moutet montre qu’en ces circonstances les organisations syndicales n’ont pas été en mesure de s’opposer à ces méthodes, tout au plus ont-elles pu obtenir temporairement, lorsque la conjoncture s’est améliorée, des avantages compensatoires, notamment en matière de durée du travail et, dans de rares entreprises, une participation des travailleurs à la recherche d’une plus grande productivité, acceptable par l’entreprise autant que par ses salariés.

La part la plus riche de la contribution d’Aimée Moutet résulte de la descente de la focale vers l’échelle des ateliers, nourrie par des dépouillements de grande ampleur dans des archives d’entreprises, dans la presse et les archives syndicales, dans des sources plus ethnographiques comme les rapports des surintendantes d’usine, auxquels se sont ajoutés de nombreux entretiens. Toutes ces sources donnent à voir, par petites touches dont la densité et le croisement permet une montée en généralité assurée, l’attitude des travailleuses et des travailleurs soumis aux nouvelles formes d’organisation du travail. L’observation des traces des pratiques concrètes dans les ateliers lui permet de se positionner en historienne dans le débat sociologique classique sur la qualification, et ainsi de prendre des distances par rapport à la thèse d’une dégradation continue de la qualification ouvrière au cours du vingtième siècle, pour mettre en évidence des recompositions plus complexes, faites de déqualification-surqualification selon les termes devenus classiques de Michel Freyssenet. Elle montre ainsi l’ambivalence de la situation des ouvriers professionnels, dont la proportion se réduit dans les ateliers et qui, tout à la fois, profitent des opportunités de carrière qu’amène la recomposition de l’organisation productive mais perdent dans celle-ci une bonne part de leur autonomie professionnelle. S’agissant des ouvrières spécialisées des industries rationalisées, sans ignorer les contraintes et les formes de domination qu’elles ont à subir, Aimée Moutet montre que les conditions de leur activité pouvaient être meilleures, notamment sur le plan du salaire et de la durée du travail, que celles d’autres activités professionnelles féminines classiques.

Au-delà des conditions matérielles, l’étude des travailleurs en contexte de rationalisation réserve une attention importante aux atteintes portées à la dignité des hommes et des femmes soumis à des chronométrages prolongés ou subissant l’autorité et parfois l’arbitraire d’une maîtrise régulièrement brutale et prompte à sanctionner les insuffisances de rendement. Étudiant dans ses applications concrètes un système qui visait explicitement à transférer la maîtrise des opérations productives des ouvriers vers les directions d’atelier via les bureaux de méthodes, l’historienne épingle les situations où les compétences professionnelles ouvrières sont ouvertement déniées mais également les tentatives, bien plus rares, de les faire reconnaître.

Aimée Moutet montre aussi que face aux méthodes d’intensification de l’effort productif, les travailleurs ne subissent pas passivement leur condition et déploient au contraire une panoplie de réponses, qui vont du freinage à la mobilité interentreprises en passant par une affirmation d’autonomie dans le travail bien fait.

Soucieuse de valoriser les capacités d’initiative ouvrière, Aimée Moutet s’est montrée sensible aux trajectoires d’ascension professionnelle d’ouvriers passés par les écoles professionnelles et qui ont progressé dans la hiérarchie de l’usine par leurs efforts incessants. En témoigne sa biographie de Roger Vacher, même si elle n’en ignore pas le caractère exceptionnel, ni les finalités des écoles organisées par les entreprises, comme celle de Renault soucieuse de former de bons techniciens autant que des collaborateurs acquis au nouvel ordre productif rationalisé.

Comme celles de plusieurs de ses collègues, les recherches d’Aimée Moutet se sont déplacées de l’organisation du travail à ses conséquences sur la santé des travailleurs et de l’Entre-deux-guerres aux Trente glorieuses. L’année même où elle soutenait sa grande thèse d’État, elle publiait, en collaboration, une monographie consacrée à l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail (ANACT) ; suivront différentes études monographiques traitant des services de sécurité ou de l’ergonomie dans la métallurgie française de l’après-guerre. Toutes posent la question de la participation réelle des travailleurs à l’amélioration des conditions de travail, dans un contexte où la recherche de l’efficacité productive assure un pouvoir sans partage aux directions techniques et aux bureaux des méthodes.

Au fil de ses publications, sans jamais se départir d’une exigence constante de précision et de rigueur, Aimée Moutet livre une critique, d’autant plus sévère qu’elle est nuancée, des formes de domination qu’imposent les logiques rationalisatrices, sans ignorer les moments et situations qui permettent aux travailleurs de faire reconnaître leur exigence d’une vie professionnelle plus digne.

Si la thèse d’État a requis un long travail solitaire, soutenu toutefois par des échanges et des amitiés fidèles, pensons à celle de Patrick Fridenson ou de Nicole Racine, Aimée Moutet a ensuite privilégié une participation à des projets plus collectifs, dont ceux menés sous l’impulsion de Catherine Omnès dans le domaine de l’histoire de la santé au travail. À une assiduité et un engagement jamais en défaut, elle ajoutait un enthousiasme et une bonne humeur teintée d’une sérieuse dose de second degré, autant qu’une attention bienveillante à ses jeunes collègues.

 

Publications d’Aimée Moutet (hors comptes rendus)

  • Moutet, « Le Mouvement ouvrier à Paris du lendemain de la Commune au premier congrès syndical en 1876 », in Le Mouvement social, (janvier 1967), no58, p. 3-39.
  • Moutet, « Les origines du système de Taylor en France. Le point de vue patronal (1907-1914) », in Le Mouvement social, (octobre 1975), no93, p. 15-49.
  • Moutet, « Patrons de progrès ou patrons de combat ? La rationalisation de l’industrie française au lendemain de la Première Guerre mondiale », in Recherches. n° spécial: Le soldat du travail, (1978), no32‑33, p. 449‑489.
  • Moutet, « Labour conflicted with employers’ rationalization in France, 1919-1929 », in Rapports. XVe Congrès international des sciences historiques, Bucarest, 10-17 août 1980. 2. Section chronologique, Bucarest, Editura Academici Republicii Socialista Romania, 1980, p. 774‑789.
  • Moutet, « Introduction de la production à la chaîne en France du début du XXème siècle à la grande crise en 1930 », in Histoire, économie et société, vol. 2 (1983), no1, p. 63‑82.
  • Moutet, « La Première Guerre mondiale et le taylorisme », in deMontmollin M. et Pastré O. (dir.), Le taylorisme, Paris, La Découverte, 1984, p. 67‑81.
  • Moutet, « Ingénieurs et rationalisation dans l’industrie française de la Grande Guerre au Front Populaire », in Culture technique, (1984), no18, p. 137‑157.
  • Moutet, « Ingénieurs et rationalisation dans l’industrie française de la guerre à la crise (1914-1929) », in Thépot A. (dir.), L’ingénieur dans la société française, Paris, Éditions ouvrières, 1985, p. 71‑108.
  • Moutet, « La rationalisation dans les mines du Nord à l’époque du Front populaire. Étude d’après les sources imprimées », in Le Mouvement social, (1986), no135, p. 63‑99.
  • Moutet, « Une rationalisation du travail dans l’industrie française des années trente », in Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 42 (1987), no5, p. 1061‑1078.
  • Moutet, « Rationalisation et formation des ingénieurs en France avant la Seconde Guerre mondiale », in Les Cahiers d’histoire du CNAM, (1992), no1, p. 93‑116.
  • Moutet, « Danty Lafrance, Louis (1884-1956). Professeur d’Organisation scientifique du travail (1930-1954) », in Publications de l’Institut national de recherche pédagogique, vol. 19 (1994), no1, p. 377‑384.
  • Chilin, Moutet A. et Théveniaut-Muller M., Histoire de l’ANACT : vingt ans au service de l’amélioration des conditions de travail, Paris, Syros, 1994.
  • Moutet, « Sous le gouvernement de Front Populaire : problèmes humains de la rationalisation et action ouvrière », in Baudouï R. et Cohen Y. (dir.), Les Chantiers de la Paix Sociale (1900-1940), Fontenay Saint-Cloud, ENS Éditions, 1997, p. 287‑310.
  • Moutet, Les logiques de l’entreprise. La rationalisation dans l’industrie française de l’entre-deux-guerres, Paris, Éditions de l’EHESS, 1997.
  • Moutet, « La rationalisation, une réponse aux problèmes de la seconde industrialisation (1880-1939) », in Bulletin de la SHMC, (1998), no1‑2, p. 1‑11.
  • Moutet, « La rationalisation dans l’industrie française : une réponse aux problèmes de la seconde industrialisation ou l’invention de la consommation de masse ? », in Histoire, économie & société, vol. 17 (1998), no1, p. 101‑117.
  • Moutet, Roger Vacher. De l’École professionnelle Renault à la direction de l’usine de Billancourt : 1940-1985, Boulogne-Billancourt, Société d’Histoire du Groupe Renault, 2003.
  • Moutet, « La psychologie appliquée à l’industrie : un moyen de définition de l’aptitude ou de l’inaptitude (de 1930 à 1960) », in Omnès C. et Bruno A.-S. (dir.), Les mains inutiles : inaptitude au travail et emploi en Europe, Paris, Belin, 2004, p. 83‑101.
  • Moutet, « La rencontre des traditions militaires et civiles de rationalisation industrielle à l’occasion de la Première mondiale et ses conséquences », in Pestre D. (dir.), Deux siècles d’histoire de l’armement en France : de Gribeauval à la force de frappe, Paris, CNRS éditions, 2005, p. 241‑259.
  • Moutet, « L’évolution de la notion de qualification dans l’industrie française. Des années 1930 aux trente glorieuses », in Barjot D. (dir.), Le travail à l’époque contemporaine, Paris, France, Éditions du CTHS, 2005, p. 87‑110.
  • Moutet, « Études de temps et intensification du travail dans l’industrie française de 1945 à la décennie 1960 », in Moutet A. et Linhart D. (dir.), Le temps nous est compté. La construction des normes temporelles de travail, Paris, La Découverte, 2005, p. 28‑62.
  • Linhart et Moutet A. (dir.), Le travail nous est compté : la construction des normes temporelles du travail, Paris, France, La Découverte, 2005.
  • Moutet et Geerkens E., « La rationalisation en France et en Belgique dans les années ’30 », in Travail et Emploi, (2007), no112, p. 75‑86.
  • Moutet et Quenson E., « Formation professionnelle et formation technique au cours des Trente Glorieuses », in Costa-Lascoux J., Dreyfus-Armand G., Temime É. et Fourcade J.-P.A. de la postface (dir.), Renault sur Seine : hommes et lieux de mémoires de l’industrie automobile, Paris, La Découverte – BDIC, 2007, p. 55‑96.
  • Moutet, « Ingénieurs et services de sécurité dans l’industrie métallurgique française de la Seconde Guerre mondiale à la fin des années 1960 », in Omnès C. et Pitti L. (dir.), Cultures du risque au travail et pratique de prévention au XXe siècle. La France au regard des pays voisins., Rennes, PUR, 2009, p. 31‑43.
  • Moutet, « La crise des années 1930 dans l’industrie française : les ouvriers et leurs organisations face au chômage », in Didry C. et Jobert A. (dir.), L’entreprise en restructuration : dynamiques institutionnelles et mobilisations collectives, Rennes, PUR, 2010, p. 31‑43.
  • Moutet, « La place de l’ergonomie dans la politique du patronat et des syndicats ouvriers de la métallurgie française (1960-1973) », in Bruno A.-S., Geerkens E., Hatzfeld N. et Omnès C. (dir.), La santé au travail, entre savoirs et pouvoirs (19e-20e siècles), Rennes, PUR, 2011, p. 255‑268.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search