AAC : Perdre son travail, quitter son travail. Journée d’étude des doctorants de l’AFHMT, 9 avril 2022

Appel à communication pour La journée des doctorant.e.s de l’AFHMT, qui se déroulera le samedi 9 avril 2022 au Centre Malher (9 rue Malher, 75004 Paris) :

voir le programme ici : https://afhmt.hypotheses.org/4110

Pour leur rendez-vous annuel, les doctorant.e.s de l’AFHMT proposent de s’intéresser à la perte ou au départ de son emploi. Les nouvelles formes du travail (ubérisation, auto-entreprenariat, transformations du salariat, missions d’intérim…), portées par un idéal de flexibilité dans l’emploi, montrent bien l’actualité d’un tel sujet. Ces nouveaux statuts, sous couvert de la liberté qu’ils promeuvent, invitent à nous interroger sur la précarisation des travailleurs.euses.

Il s’agit d’envisager le point de vue du travailleur et de la travailleuse, au travers d’études portant sur l’état du marché du travail et des structures productives, mais aussi au prisme de l’expérience vécue des individus : stratégies de survie, expérience de l’inactivité, stratégies de luttes et de résistance, recherche d’emploi… L’enjeu de ce thème est d’envisager les modalités et les conséquences de la perte du travail pour l’individu, mais aussi sa capacité d’agir/de choisir de quitter ou de changer travail, pour des motifs familiaux, militants ou dans une perspective de stratégie de carrière. L’étude des circulations et mobilités de travailleurs constitue un axe incontournable [1]. En outre, le genre, l’origine ethnique, la nationalité, les conditions physiques, l’âge, les qualifications tout comme l’appartenance de classe peuvent mener les individus à des parcours laborieux et à des expériences d’inactivité de natures différentes: nous invitons les contributeurs à porter une attention particulière à ces catégories.

Ce thème évoque immédiatement le chômage massif et les crises économiques, ce sujet constituant un pan important des études sur le travail en histoire et en sociologie. Il a notamment été traité, au cours de ces dernières décennies, au travers de la désindustrialisation des sociétés occidentales contemporaines [2]. Notre réflexion ne se limite cependant pas au salariat. Le travail contraint, tout comme le travail indépendant, pourront également être intégrés à notre réflexion. Plus généralement, nous encourageons les propositions à s’intéresser aux mobilités laborieuses plus anciennes, à l’inactivité contrainte ou choisie depuis l’Antiquité, et ce dans différentes ères géographiques. L’AFHMT adopte en priorité une approche historique mais la journée est ouverte, dans une perspective interdisciplinaire, à toutes les sciences humaines et sociales.

Les contributions pourront porter sur les thèmes suivants, sans s’y limiter :

Pourquoi et comment perd/quitte-t-on son travail ?
· Mobilités laborieuses choisies: stratégies de carrières, vie familiale, démissions militantes et collectives…
· Mobilités laborieuses contraintes: précarisation, vie familiale, évolutions techniques ou des territoires menant à la disparition de certaines tâches ou de certains métiers, accidents du travail ou inaptitude, retraite anticipée…
· Licenciements: économiques, pour fautes, politiques
· Non renouvellement de contrats de travail
· Démissions: stratégies managériales poussant à la démission, inégalités de genre
· Les temporalités de la perte d’emploi et la possibilité ou non d’une nouvelle embauche selon des modalités diverses (lock-out, fermeture définitive de site, délocalisation …)

Les dispositifs de lutte et de protection contre la perte imposée du travail:
· Luttes collectives contre les licenciements, associations de secours…
· Protections sociales contre la perte de revenu, aides au retour à l’emploi
· Stratégies individuelles mises en œuvre pour garder son travail (concurrence entre les salariés, acceptation du travail gratuit…)
· Recours à la justice et au droit

Les conséquences de la perte de travail et de la démission :
· Conséquences sociales et économiques: marginalisation, précarité, maladies…
· Remise contrainte au travail: travaux forcés, d’intérêts généraux…
· Mobilités géographiques: migrations, itinérances
· Recherche d’emploi/expérience vécue de l’inactivité, reconversions professionnelles

[1] Corine Maitte, Manuela Martini, Issiaka Mandé, Didier Terrier (dir.), Entreprises en mouvements. Migrants, pratiques entrepreneuriales et diversités culturelles dans le monde (XVe -XXe siècle), Valenciennes, Presses Universitaires de Valenciennes, 2009.

[2] « La désindustrisation, une histoire en cours » Sous la direction de Marion Fontaine et Xavier Vigna. 20 & 21. Revue d’histoire 4, no 144 (2019).

Calendrier et modalités de soumission :

Les propositions de communication (titre, auteur.e.s, affiliation institutionnelles, résumé de 300 mots et biographie de 50 mots maximum) devront être envoyées au format .doc(x) ou .pdf au plus tard le 24 janvier 2022 à l’adresse doctorants.afhmt@gmail.com. Les auteurs et autrices des propositions retenues seront contacté.e.s début février.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search