La grève à la BnF continue : contre la réorganisation qui réduit les heures de communication directe des documents

Depuis le début du mois de mai une grande grève à la BnF contre la réorganisation du service public qui réduit fortement les heures de communication directe des documents des magasins aux lecteurs/trices, tout en dégradant les conditions de travail du personnel, contre le sous-effectif du personnel, contre la précarité. Cette grève qui dure depuis maintenant 8 semaines est aussi marquée par une action commune très importante avec les lecteurs/trices et l’Association des Lecteurs et Usagers de la BnF, qui sont tout autant en colère que le personnel.

Voir les informations complètes sur cette lutte sur le blog : https://sudculturebnf.wordpress.com/ et sur le compte twitter : https://twitter.com/BnfSud

Dans le cadre de cette mobilisation en cours et en soutien à la grève, une tribune signée par près de 400 universitaires, chercheurs/ses, artistes et intellectuels (il y a maintenant encore plus de signatures) a été publiée le 20 juin dernier dans Le Monde (voir ci-dessous).

 

Madame la Présidente de la Bibliothèque nationale de France, votre réforme est un échec

Un collectif rassemblant plus de 380 acteurs du monde universitaire et culturel se mobilise contre les mesures mises en place à la BNF par sa présidente, Laurence Engel, qui restreignent sévèrement le temps de consultation des ouvrages.
En mars, Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France (BNF), annonçait une réduction drastique, absolument stupéfiante, de la mission scientifique qui incombe à l’institution qu’elle est chargée de protéger, mission historique assurée pourtant sans faillir par un service public d’exception depuis son inauguration en 1996. Jusqu’en mars, lectrices et lecteurs pouvaient en effet consulter librement sur le site François-Mitterrand, au rez-de-jardin, des ouvrages en communication directe toute la journée, de 9 heures à 17 heures. Ces conditions, inchangées depuis l’ouverture, appartiendraient désormais au passé.
Désormais, depuis le 2 mai, les lectrices et les lecteurs de la bibliothèque de recherche ont l’autorisation de commander et de consulter directement les ouvrages conservés dans les riches magasins de l’institution seulement durant trois heures trente les après-midi, de 13 h 30 à 17 heures, trois heures trente sur onze heures d’ouverture quotidienne pour accéder directement à ces ouvrages. Trois heures trente seulement pour choisir de lire tel livre plutôt qu’un autre. Trois heures trente seulement pour accueillir les imprévus de la pensée, pour choisir les ouvrages consultés, pour lire librement les livres qu’on a besoin de lire.
Pourquoi imposer un temps à ce point étriqué alors même que le temps de la pensée, on le sait, est un temps long, fécond en raison de sa durée justement ? Pourquoi nier à la pensée qu’elle nécessite la liberté de lire en commandant les livres dont elle a besoin au moment où elle en a besoin?
Cette réforme des communications est imposée du sommet de la direction de la Bibliothèque nationale de France, pour des raisons comptables et managériales. La présidente, Laurence Engel, a de grands projets pour son second mandat à la tête de la BNF. Elle souhaite ouvrir un musée sur le site historique de Richelieu (Paris 2e) et un Conservatoire de la presse à Amiens.
Déperdition de personnel
Malheureusement, pour porter tous ces projets, elle bénéficie d’effectifs à peine stabilisés après une dramatique déperdition de personnel au cours de la dernière décennie : 15 % de baisse, et 25 % chez les magasiniers chargés du service public. Son choix est donc de multiplier les missions de prestige en employant un personnel autrefois dévoué à la mission de la lecture à une politique d’expansion qui n’a rien à voir avec la lecture.
Cette réforme des communications fait l’unanimité contre elle. Unanimité des lectrices et lecteurs aux recherches entravées. Unanimité du personnel de toutes catégories aux conditions de travail très difficiles et qui sont soumis à des rythmes intenables. Les raisons de la colère #bnfgate [nom donné à la réforme par ses opposants sur Twitter] sont multiples.
D’autres mesures très inquiétantes témoignent de la dégradation définitive du service public à la Bibliothèque nationale de France. L’augmentation de 10 % du tarif (déjà prohibitif) de la carte Recherche [50 euros] , alors que de très nombreuses grandes bibliothèques nationales européennes sont tout simplement gratuites. La potentielle remise en cause du traitement bibliographique systématique du dépôt légal : une autre mission historique cruciale de la BNF. La poursuite de la précarisation du personnel dévoué au service des livres avec des recours croissants à des CDD à temps partiel (d’un an).
L’objectif de Laurence Engel est-il de faire de la BNF un nouveau type d’institution publique en crise ? Une institution où, désormais, les projets « vitrines » remplacent les missions historiques ? Une institution où, désormais, la valorisation pour la valorisation remplace la création patiente et humble des savoirs qui sont au bénéfice de tous ?
Depuis le début du mois d’avril, main dans la main, lectrices, lecteurs et personnel s’opposent avec détermination à cette réforme. Une pétition lancée par les lecteurs et usagers de la BNF a dépassé à ce jour les 16 000 signatures. Associations professionnelles et sociétés savantes ont fait connaître leur inquiétude et leur colère. Les syndicats du personnel, à l’unanimité, ont voté plusieurs fois contre cette réforme, aussi bien en CHSCT, récemment le 31 mars, qu’en comité technique, le 22 avril.
Réponses inexistantes
Le personnel de la BNF a massivement manifesté son opposition à ces mesures par plus d’une dizaine de journées de grève très mobilisatrices depuis le début du mois de mai. Les représentants élus des usagers dénoncent auprès du conseil d’administration et de la direction, depuis deux mois, non seulement les arguments qui sont utilisés pour légitimer cette réforme, mais aussi les méthodes qui sont employées par la présidente de la BNF, qui refuse toute véritable concertation et tout vrai dialogue. A cette mobilisation unanime et inédite, les réponses apportées sont inexistantes ou inappropriées.
Nous, usagères et usagers de la BNF, chercheuses et chercheurs en France et à l’étranger, mais aussi artistes et acteurs du monde de la culture, écrivains, éditeurs, libraires, dessinateurs, musiciens, photographes, documentaristes, conservateurs, bibliothécaires, ou tout simplement citoyennes et citoyens attachés à la Bibliothèque nationale de France et à ce qu’elle représente, nous associons notre voix à toutes celles qui s’élèvent pour demander le retrait de cette réforme et l’ouverture de consultations élargies sur les missions de la BNF ainsi que sur sa politique de recrutement.
Pour que vive encore longtemps sans se renier cette bibliothèque extraordinaire, qui fait la fierté de notre pays en raison de ses collections d’une richesse unique et mondialement réputées, cette institution majeure de la culture et de la recherche, notamment en sciences humaines et sociales.
Madame la Présidente de la Bibliothèque nationale de France, votre réforme est un échec. Aux lectrices et aux lecteurs, au personnel de la Bibliothèque nationale de France, à la culture et à la science, vous devez le retour aux communications directes toute la journée, et pour cela exiger des moyens à la hauteur de la très grande institution dont vous avez charge et protection.
Madame la Ministre de la culture, monsieur le Ministre de l’économie et des finances, vous devez à la France de conserver, dans la plénitude de son service public, ce fleuron de la recherche et de la culture qu’est la Bibliothèque nationale de France.
Note(s) :
Parmi les signataires : Dominique Barthélemy, historien, membre de l’Institut; Catherine Blangonnet, conservatrice générale honoraire des bibliothèques; Manon Garcia, professeure de philosophie, université Yale (Connecticut); Bernard Haykel, professeur d’études du Proche-Orient, université de Princeton (New Jersey); Alain de Libera, philosophe,professeur émérite au Collège de France; Lionel Maurel,conservateur des bibliothèques; Chloé Pathé, directrice éditoriale, Anamosa; Lydie Salvayre, écrivaine, Goncourt 2014;Gisèle Sapiro, directrice d’études à l’EHESS et directrice de recherche au CNRS; Eric Vuillard, écrivain, Goncourt 2017 Retrouvez la liste complète sur Lemonde.fr ou ci-dessous
Tribune à l’initiative de :
L’Association des Lecteurs et Usagers de la BnF (ALUBnF)
– Nathalie Sage Pranchère, historienne, chercheuse au CNRS, présidente
– Dominique Dupart, écrivaine, maîtresse de conférences en littérature, Université de Lille,
secrétaire
– Francisco Roa Bastos, politiste, maître de conférences, Université de Strasbourg, trésorier
Les représentants élus des usagers au Conseil d’administration de la BnF
– Sandrine Antonio, représentante élue des usagers au CA de la BnF
– Jean-Marie Bankolé, représentant élu des usagers au CA de la BnF
– Sylvie Monjean-Decaudin, représentante élue des usagers au CA de la BnF
– Maël Rannou, représentant élu des usagers au CA de la BnF
Signataires pour les sociétés savantes :
Dominique Barjot, président du Comité français des sciences historiques (CFSH), professeur
émérite d’histoire contemporaine, Sorbonne Université
Raphaëlle Branche, présidente de l’association Historiennes et Historiens du Contemporain (H2C),
professeure d’histoire, Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne
Franck Collard, président de l’Association des professeurs d’histoire-géographie (APHG), professeur
d’histoire, Université Paris Nanterre
Mathieu Duplay, président de l’Association française d’Etudes américaines (AFEA), professeur de
littérature américaine, Université Paris Cité
Vincent Gourdon, président de la Société de Démographie Historique (SDH), directeur de recherche
au CNRS
Christophe Jaffrelot, président de l’Association française de science politique (AFSP), directeur de
recherche au CNRS, CERI / Sciences po Paris
Nicolas Le Roux, président de la Société des historiens modernistes des universités françaises
(SHMUF), professeur d’histoire, Sorbonne-Université
Cédric Lomba, président de l’Association française de Sociologie (AFS), directeur de recherche au
CNRS
Bibia Pavard, présidente de l’association Mnémosyne, maîtresse de conférences en histoire,
Université Paris Panthéon-Assas
Alexandra Poulain, présidente de la Société des anglicistes de l’enseignement supérieur (SAES),
professeure de littératures anglophones, Université Sorbonne Nouvelle
Manuel Royo, président de la Société des professeurs d’histoire ancienne de l’Université (SoPHAU),
professeur d’histoire de l’art et d’archéologie, Université François-Rabelais de Tours
Dominique Valérian, président de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur
(SHMESP), professeur d’histoire, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne
Premiers signataires :
Etienne Anheim, directeur d’études et directeur des Editions de l’EHESS
Jean-Christophe Bailly, écrivain
Etienne Balibar, professeur honoraire de philosophie, Université Paris Nanterre
Ludivine Bantigny, historienne
Dominique Barthélémy, professeur d’histoire médiévale, Sorbonne Université, Membre de l’Institut
(Académie des Inscriptions et Belles-Lettres)
Annette Becker, professeure d’histoire contemporaine, Université Paris Nanterre
Yves-Marie Bercé, professeur émérite d’histoire moderne, Sorbonne Université, Membre de l’Institut
(Académie des Inscriptions et Belles-Lettres)
Jacques Berlioz, directeur de recherche émérite au CNRS, directeur honoraire de l’Ecole nationale
des Chartes
Olivier Bétourné, éditeur et historien
Laurent Binet, écrivain
Catherine Blangonnet, conservatrice générale honoraire des bibliothèques, Bibliothèque Publique
d’Information
Christophe Bonneuil, directeur de recherche au CNRS, Centre de Recherches Historiques,
CNRS/EHESS
Olivier Cadiot, poète et écrivain
Caroline Callard, directrice d’études, EHESS
Gilles Candar, historien
Johann Chapoutot, historien
Dominique Coq, conservateur général honoraire des bibliothèques
Denis Crouzet, professeur d’histoire moderne émérite, Sorbonne Université
Elisabeth Crouzet-Pavan, professeure d’histoire médiévale émérite, Sorbonne Université
Catherine Dhérent, conservatrice générale honoraire des bibliothèques, directrice honoraire de la
Bibliothèque municipale de Lille
Pascal Engel, directeur d’études, EHESS
Arlette Farge, directrice de recherche émérite au CNRS, Centre de Recherches Historiques, EHESS
Lola Frederich, cinéaste
Manon Garcia, philosophe, Yale University
Amandine Gay, réalisatrice et autrice
Daniel Kunth, astrophysicien, directeur de recherche émérite au CNRS
Bernard Lahire, professeur de sociologie, ENS de Lyon
Pierre Lemaître, écrivain, prix Goncourt 2013
Jean-Marc Lévy-Leblond, professeur émérite de l’université de Nice, Directeur de la revue Alliage
Alain de Libera, Professeur émérite au Collège de France
Frédéric Lordon, directeur de recherche, CNRS
Marielle Macé, directrice de recherche au CNRS, Centre de Recherches sur les Arts et le Langage,
EHESS
Anne-Marie Malibert, conservatrice générale honoraire des bibliothèques
Lionel Maurel, conservateur des bibliothèques
Gérard Noiriel, directeur de recherche, EHESS
Nicolas Offenstadt, historien
Chloé Pathé, éditrice, Anamosa
Thomas Piketty, directeur d’études, EHESS
Antoine Prost, professeur émérite d’histoire, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne
Jacques Rancière, philosophe, professeur émérite, Université Paris 8
Elisabeth Roudinesco, psychanalyste
Lydie Salvayre, écrivain, prix Goncourt 2014
Gisèle Sapiro, directrice d’études à l’EHESS et directrice de recherche au CNRS, Centre européen
de sociologie et de science politique
Barbara Stiegler, professeure de philosophie, Université Bordeaux Montaigne
Antoine Vauchez, directeur de recherche au CNRS (CESSP)
Laélia Véron, maîtresse de conférences, Université d’Orléans, chroniqueuse France Inter
Gisèle Vienne, artiste, chorégraphe, metteuse en scène
Eric Vuillard, écrivain, prix Goncourt 2017
Syndicats signataires :
Gaël Mesnage, secrétaire général de la CGT-BnF
Jean-François Besançon, secrétaire général de la section SNASUB-FSU de la BnF

Julie Jourdan, co-secrétaire de la section SUD Culture Solidaires de la BnF


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search