Parution : Élysée Sarin, L’ organisation  en  procès, Paris, L’Harmattan, 2022, 123 p.

Élysée Sarin, L’ organisation en procès, Paris, L’Harmattan, 2022, 123 p.

            Le domaine des critical management studies (C.M.S.) –le secteur contestataire des pratiques et conceptions en matière de science des organisations– ne semble guère pouvoir se prévaloir chez nous d’une affirmation particulière. Cet état de fait apparaît d’autant moins surprenant que la catégorie  socio-professionnelle de l’entrepreneur –celui qui développe l’économie et crée de l’emploi– est quasiment inexistante en France. L’on n’y trouve que le patronat, sphère d’appareils à dominantes propriétarienne et protectionniste (contre la concurrence, l’Etat, les syndicats de salariés, etc). Il est peu de nos modernes écoles dites supérieures de commerce, ou d’ingénieurs à vocation industrielle, qui ne se conçoivent pas comme des annexes de notre archaïque et toussoteux MEDEF (…).

1 – Lettre au périodique EPHEMERA

            Le cas est d’autant plus significatif qu’il s’agit d’une revue –en ligne, anglaise et universitaire− intégralement vouée aux C.M.S. En août 2013 ses animateurs lancèrent un appel à contributions sur les rapports entre la pensée anarchiste et une sorte de “progressive management”.

            Reprenant un certain nombre des thèmes de discussion proposés par cette revue, je fis parvenir le texte qui ouvre le présent recueil et qui semble-t-il offusqua beaucoup. Il me fut indiqué qu’il s’agissait d’éléments impubliables et qu’il convenait impérativement de s’inscrire dans la norme des travaux “académiques”.

2 – Science des organisations et psychanalyse

            Les rapports entre la science des organisations et la psychanalyse –en fait et très majoritairement le corpus lacanien de la psychanalyse− ont fait l’objet d’une foule de communications, dont on ne perçoit pas toujours la pertinence. Célébration serait un terme plus approprié que communication.

            Ayant notamment promu une théorie du désir humain −dont il fit l’axe de la cure analytique à l’encontre des psychothérapies de l’adaptation (aux valeurs dominantes)− Jacques LACAN, bien qu’essentiellement clinicien, est rangé par les auteurs anglo-américains au sein du courant de la “French theory”.

            Le plus inquiétant toutefois ici, réside dans une méconnaissance de l’œuvre des auteurs spécialisés dans le champ des institutions, et qui par ailleurs se sont appropriés de l’intérieur l’enseignement de la psychanalyse, au premier rang desquels figure Pierre LEGENDRE. Historien, juriste, mais devenu aussi psychanalyste, cet éminent savant a pourtant délivré un enseignement de premier plan quant aux phénomènes d’emprise sur les individus (…).

3 − Interventions sur le thème de la flexibilité

* Manager où estu ?

            Ce texte, enrichi depuis, fut initialement publié pour le 10e anniversaire de l’association DEVELOPPEMENT ET EMPLOI −Lettres d’hier et d’aujourd’hui pour lire demain, 1991. Ces praticiens attestaient inlassablement que loin de devoir résilier l’emploi de son personnel et accompagner la déroute du milieu lorsqu’il rencontre des difficultés, un chef d’entreprise responsable doit bien au contraire considérer dans une main d’œuvre sureffective, le fer de lance et la chance d’une dynamisation collective de la firme-entreprise ; les capacités humaines doivent devenir le moteur d’une politique offensive de développement économique. Ces entrepreneurs se déclaraient humiliés par les discours sur la flexibilité.

            Lorsqu’on observe la formidable régression des relations professionnelles en France (corruption des appareils syndicaux centraux par des pouvoirs publics à la botte d’un patronat prédateur, mise à sac du code du travail, précarisation généralisée de l’emploi, et entre autres incidences, l’advenue du Front National comme “premier parti politique de la classe ouvrière”) l’on ne nous tiendra pas rigueur de penser que ce type d’intervenant manque aujourd’hui beaucoup (1).

*Flexibilité, rigidités, idéologies : chronique

            Ce texte balayant plusieurs décennies de faits et mettant en évidence nombre d’aspects de la réalité apparemment perdus de vue par les économistes contestataires contemporains, fut affiché par le regretté Michel HUSSON sur son prodigieux site HUSSONET en février 2018.

* Flexibilité de l’emploi et coûts de transaction

            Je reprends ici la substance d’une communication diffusée par la Revue d’économie industrielle, n°2-1992. La situation excipée constitua l’exemple rare, à une époque de flexibilisation tous azimuts des rapports professionnels en entreprise, d’une sécurité d’emploi délibérément offerte aux salariés par leurs employeurs.

4 – Motivation, un mot magique et une notion creuse

            Le thème de la mobilisation des travailleurs fut envahissant au cours de la seconde moitié du 20e siècle. La croissance économique et −jusqu’à la crise mondiale− une pénurie de main d’œuvre, orientèrent les politiques managériales vers toutes sortes de techniques et gadgets propres à mobiliser le plus efficacement possible les capacités productives des travailleurs. Ce fut un “âge du clinquant” comme on a pu le définir sur le bord des sciences humaines (…).

5 − L’interdisciplinarité au travail

            Cette recension des actes d’un colloque fut diffusée sur le site de l’AFHMT en octobre 2020. Plusieurs communications y rendaient compte d’un renversement généralisé des perspectives d’analyse du travail, pour venir les insérer dans un phylum épistémologique éprouvé : à savoir que l’élaboration de la connaissance ne procède pas d’une rupture entre une expérience dite commune et un travail qualifié de scientifique. Elle résulte de la double confrontation :

  – d’énoncés construits, à l’univers réel ;

  – et d’autre part d’hypothèses à fondement empirique au savoir élaboré.

Une telle posture suppose en toute rigueur de disposer d’une implantation sur les deux bords, celui de la théorie et celui de la pratique (…).

6 – L’intellectuel au pouvoir

            De 1982 à 1984 le haut fonctionnaire −et auteur marxisant− R. FOSSAERT, s’en vint “pantoufler” au sein d’une banque provinciale fraîchement nationalisée. Il publia peu après un plaidoyer censé rendre compte de son aventure chaotique. Ayant été en mesure d’observer de près cette équipée, j’avais alors effectué une recension dudit ouvrage. Elle fut refusée par les périodiques sollicités, qui précisèrent toutefois qu’ils ne traiteraient pas davantage du libelle de l’intéressé.

7 – La leçon de Mikhaïl Gorbatchev

            Cet exposé constituait initialement une recension de l’ouvrage de Bernard GUETTA : Eloge de la tortue (Le Monde éditions, 1991) relatif à l’expérience du changement politique en U.R.S.S. animée par Mikhaïl GORBATCHEV et son entourage. Le succès de l’intéressé, qui réussit à neutraliser en guère plus d’une année l’appareil monumental d’une des organisations les plus ossifiées qui ait existé −classiquement qualifiée d’irréformable, tant ceux qui avaient pu espérer l’engager dans un processus d’évolution s’y étaient cassés les dents− est un événement qui aurait dû amener à poser des questions capitales à une science des organisations (…).

7 – Le contrôle ouvrier dans la révolution soviétique

            Militant autogestionnaire dans les années 1970, engagé en entreprise dans le mouvement de ce que l’on qualifiait alors de “nouvelles formes d’organisation du travail”, je fus amené parmi d’autres praticiens, à me résoudre à cette position que non seulement les directions d’entreprise étaient plus que réticentes à se lancer dans l’expérience, mais beaucoup plus fondamentalement que les bénéficiaires supposés du processus n’en voulaient pas : les travailleurs salariés tout comme leurs organisations syndicales.

            J’entrepris alors une longue investigation à travers les archives et l’expérience du monde ouvrier, pour en arriver à ce point, reconnu par bien d’autres chercheurs avant moi, que la faveur du thème de l’appropriation collective des moyens de production −au regard de son insuccès historique, rapporté par tous les théoriciens qui s’y étaient engagés− n’était pour la plus large part qu’un produit d’armchair scientists et autres idéologues rituels du messianisme prolétarien (2).

            Pour le cas soviétique, l’image d’une classe ouvrière mythique, associée à celle d’un parti bolchevique “stalinisé” dès le début, paralysait tout examen lucide de la situation. Je m’étais alors astreint à compulser la totalité des fichiers de trois des grands fonds parisiens spécialisés en histoire sociale : CEDIAS, CRHMSS et IFHS, et à consulter tous les textes des témoins de l’époque qui de près ou de loin, se rapportaient à cette interrogation, soit plusieurs centaines de recueils.

            Acteurs ou observateurs, partisans ou adversaires, économistes et sociologues ; visiteurs occidentaux : diplomates, chercheurs, militants socialistes, responsables syndicaux, ouvriers de métier et chefs d’entreprise ; il apparaissait à travers le constat de tous ces intervenants quasiment unanimes sur ce point, qu’un invité n’était pas au rendez-vous de la révolution : le producteur (…).

(1) E. SARIN : Un demi-siècle de syndicalisme en France (L’Harmattan 2016). Cette chronique se clôturait à la veille des sinistres lois Hollande – El Khomri. Le mouvement des “gilets jaunes” qui a obtenu la satisfaction d’un certain nombre de revendications des travailleurs, en lieu et place des instances dites syndicales dont c’était la mission instituée, a démontré où nous a conduit le “syndicalisme d’Etat” qui règne aujourd’hui en France (…).

(2) E. SARIN : Traité de science des organisations (L’Harmattan 2015, Annexe IV : L’autogestion des entreprises par les travailleurs).


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search