Retour sur la JE des doctorant.e.s de l’AFHMT 2023, “Travail illégal, travail informel.”

Merci aux intervenant.e.s et aux discutant.e.s présent.e.s le 3 juin pour discuter du travail illégal et informel. Ces échanges ont été riches et passionnants ! Quelques conclusions inspirées des divers thèmes abordés et des remarques de synthèse des discutantes et discutants.

La proximité entre le secteur légal/formel et le secteur informel. Interpénétration des réseaux et des marchés.

Thomas Pasquier a montré que des objets volés se retrouvent sur le marché légal, tandis que Roxanne Bonnardel Mira a abordé les tractations illégales sur les papiers d’identité dans les salles d’attente des consulats. Ces éléments laissent à voir des zones grises plutôt qu’une stricte opposition entre le secteur légal/formel et le secteur informel. Ils invitent à réfléchir à la construction de ses catégorisations et à leurs auteurs (l’État, les institutions, ou les acteurs eux-mêmes).

L’économie légale intègre une économie plus informelle. Dans le cas des recherches de Théo Guidat, les contrats temporaires et instables permettent de réduire le coût social des plans de réduction des effectifs dans le contexte de la désindustrialisation. Chloé Hubert montre qu’un mode de rémunération alternatif participe du système du salariat et est favorisé par les patrons qui cherchent la réduction des coûts. Enfin, Nihan Balci prouve qu’à Istanbul, le secteur informel de ramassage des déchets fait partie intégrante de l’économie du recyclage.

Le travail informel n’est pas forcément marginal ou criminel. Le commerce informel est parfois dominant et s’organise en réseaux essentiels à la vie des populations. Nihan Balci parle même de refuge pour des populations migrantes qui s’adonnent à la récolte de déchets, notamment pour des réseaux familiaux de proximité. Thomas Pasquier montre aussi que le recel et le vol s’opèrent au sein d’une économie familiale, avec une pratique des formes de solidarité.

Cela est aussi le cas dans les associations formelles, comme le montre Hélène Widmann en étudiant les musiciens membres de l’association, issus de catégories sociales aisées. Dans le champ de la musique, on trouve une rhétorique de la légitimité économique de la créativité. En outre, le travail musical participe pleinement de l’économie de marché et de l’attractivité de Genève. La rémunération « informelle » du pourboire, explorée par Chloé Hubert, peut même devenir la base de cotisations sociales et de pleine participation au statut du salariat.

Cependant, travail informel/illégal implique une présence de l’État, de l’entreprise, de la règle.

Les attitudes des autorités (législateurs, police, …) diffèrent selon l’échelle (municipale, étatique, supraétatique). Roxane Bonnardel Mira montre que les autorités étatiques ont besoin de l’informel. Pour la régularisation des étrangers, la police recherche des intermédiaires et faussaires qui ont plus de connaissances sur les étrangers, laissant paraître une accommodation de l’informalité voire de l’illégal. Dans le même sens, la contribution de Thomas Pasquier pose la question d’une tolérance d’une économie parallèle qui permet à beaucoup de survivre et d’acquérir des bien impossible à acheter par le marché légal. Il n’y a alors pas forcément de consensus entre les autorités dont les avis diffèrent au sujet du travail clandestin (on note par exemple une divergence de point de vue entre la police et le service des étrangers).

Les catégories administratives, néanmoins, décrivent et façonnent la réalité, par exemple avec la catégorie de migrant illégal. Comme le montrent Théo Guidat et Roxanne Bonnardel Mira, la loi peut encourager voire façonner l’illégalité, en imposant de nouvelles règles, en associant notamment contrat de travail et autorisation de résidence ou en rejetant des individus du régime légal de la mobilité. La règle comporte à la fois des contraintes et un accès à des ressources matérielles.

Rappel de l’importance des acteurs/actrices et de leurs marges de manœuvre.

Le travail illégal/informel laisse entrevoir des possibilités d’enrichissement, d’entreprenariat (Roxanne Bonnardel Mira, Nihan Balci). Ainsi que des stratégies de contournement sont élaborées face aux autorités. Par exemple, Thomas Pasquier évoque les femmes qui utilisent leur statut dominé et mentionnent la responsabilité de leur mari pour éviter de trop lourdes peines pour cause de recel.

Ces acteurs peuvent se mobiliser, comme dans le cas des travailleur.euse.s étudié.e.s par Chloé Hubert, qui parviennent à obtenir un salaire minimum. C’est également le cas des travailleur.euse.s des activités musicales en Suisse, étudié.e.s par Hélène Widmann qui espèrent obtenir un salaire et des droits au chômage plus facilement accessibles en « dénaturalisant » le travail artistique. Donald Bilegue Ovono évoque également le cas de ces mobilisations et de la syndicalisation du secteur informel. Les changements de contexte (période coloniale et post coloniale) influent sur les formes de mobilisation

Néanmoins les possibilités d’action concernent souvent, mais pas exclusivement, des populations subalternes, notamment des femmes, des populations pauvres, racisées, etc.

Les contrats courts impliquent des tâches difficiles ou dangereuses, salissantes, engendrant une double pénalisation de la précarité laborieuse des populations migrantes. (Théo Guidat) Les musicien.ne.s ne touchent pas de sécurité sociale, leur revenus sont non déclarés et ils et elles peinent à être payé.e.s au-dessus du salaires minimum, exclusion de l’art subventionné (Hélène Widmann). Le travail informel peut même être à l’origine de nouvelles hiérarchies dominées selon, par exemple, des critères d’origine nationale (Nihan Balci et Théo Guidat). De même, les mobilisations ont parfois des résultats inégaux : c’est ce que montre Donald Bilegue Ovono en soulignant le fait que les syndicats des travailleurs de la débrouille ont du mal à mobiliser des ressources, peinent à s’imposer et à assurer la sécurité sociale de ces travailleurs.

Juliette Ronsin, Juliette Milleron, Léa Leboissetier.



Citer ce billet
Léa Leboissetier (2023, 15 juin). Retour sur la JE des doctorant.e.s de l’AFHMT 2023, “Travail illégal, travail informel.” Mondes du travail. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ar2e

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search