Séminaire « Coopérer » – Centre Chevrier, Dijon

Coopérer

Séminaire de recherche 2015-2016

Centre Georges Chevrier UMR 7366 Université de Bourgogne

Séminaire animé par : Alexia Blin, Stéphane Gacon, François Jarrige, François-Xavier Nérard et Xavier Vigna

L’histoire de l’économie sociale repose sur quelques études classiques qui ont mis en valeur l’émergence, la diversité et l’organisation de ce qu’on a pris l’habitude d’appeler le « tiers secteur ». Ce séminaire entend moins se pencher sur les cadres juridiques et les structures du mouvement coopératif que sur l’activité ordinaire des coopératives. Aborder la trivialité de la vie quotidienne en coopérative implique de s’interroger sur les logiques de fonctionnement d’un groupe qui se fixe un horizon d’attente élevé, sonder les logiques démocratiques et hiérarchiques, la nature des échanges et les mécanismes de la décision dans un contexte souvent difficile et qui contribue à attiser les tensions : les nécessités économiques (les règles de l’économie de marché, les grandes crises cycliques, le besoin d’une gestion fine), et politiques et sociales (le poids du libéralisme ou de l’étatisme, la force de l’idéologie dominante). Partant de là, il s’agit de s’intéresser aux aléas de la vie communautaire et à la part de sacrifice de soi qu’elle implique, à la manière dont l’idéal est confronté à la réalité, amendé, édulcoré pour que la coopérative tienne. Pensée dans une perspective globale et sur la longue durée de l’histoire des associations et des coopératives (XIXe-XXIe siècle), cette réflexion mettra l’accent cette année sur la question délicate des sources d’une histoire des acteurs de la vie sociale.

Le séminaire aura lieu le jeudi de 14 heures à 17 heures.

 

7 janvier 2016 – La coopération aux États-Unis

Alexia BLIN (CENA-Mondes Américains EHESS)

Coopérer aux États-Unis : des entreprises démocratiques au pays du capitalisme ?

 

Séance du 4 février 2016 – Penser et vivre la coopération

Patricia TOUCAS-TRUYEN (CHS Paris 1)

Robert GAUTIER (Centre d’histoire du travail Nantes)

Les coopératives de consommation dans la Basse-Loire : Cent ans d’histoire économique et sociale en Bretagne (1880-1985)

En 1985, le dernier magasin coopératif de la Basse-Loire, dépendant des Coopérateurs de Bretagne, clôt définitivement ses portes. Cette fermeture met fin à une aventure, sociale et économique, qui débute à Nantes en 1880 et s’étend dans les villes et villages de Loire-Atlantique. Constituées sur des principes de solidarité, ces associations tentent d’apporter des solutions pratiques aux difficultés économiques rencontrées par les populations ouvrières. Le mouvement coopératif de consommation a constitué une force caractéristique et originale face aux industries de la grande distribution, les consommateurs actionnaires étant propriétaires de leurs magasins. Partie prenante de l’économie sociale, la coopération de consommation s’est construite sur une conception humaniste de l’économie.

 

3 mars 2016 – Coopération et socialisme : Owen et Fourier

Ophélie SIMÉON (CREW – Paris 3)

Robert Owen et les origines du mouvement coopératif britannique, 1829-1845

En 1848, les « Pionniers de Rochdale » fondent la première coopérative moderne, et cette année marque généralement  la naissance du mouvement coopératif pour les historiens. Ce serait cependant oublier l’apport fondateur de l’owénisme (auquel les “Pionniers” étaient affiliés). Entre 1829 et 1845, Robert Owen fédère le premier mouvement socialiste de Grande-Bretagne, et compte de nombreux coopérateurs parmi ses sympathisants. L’originalité du mouvement tient dans sa conception universaliste des coopératives, qui ne se limitent pas à leurs activités commerciales, mais mettent celles-ci au service d’une refonte des structures sociales sur un mode communautaire. Longtemps qualifié d’ “utopique”, cette composante communautaire doit cependant être reconsidérée, car elle permet de saisir les modes de structuration, l’organisation, les pratiques militantes et la tradition politique du mouvement coopératif britannique – éléments qui se sont en partie maintenus, même de façon symbolique, après le déclin de l’owénisme.

 

Bernard DESMARS (CRULH Université de Lorraine)

Ambitions et ambiguïtés coopératives chez les fouriéristes, milieu XIXe-début XXe siècle.

Du milieu du XIXe siècle jusqu’au début du XXe siècle, quand disparaît le mouvement sociétaire, les militants fouriéristes envisagent la coopération comme l’une des modalités du changement social, finalement plus accessible que la réalisation d’un phalanstère. Aussi participent-ils activement tout au long des décennies suivantes à différentes initiatives : formation d’associations coopératives, propagande en faveur de la coopération, participation à des structures comme la chambre consultative des associations ouvrières de production. Le lien entre fouriérisme et coopération paraît d’ailleurs bien établi à la fin du XIXe siècle, quand Charles Gide prononce une conférence, rapidement publiée sous le titre Fourier, précurseur de la coopération (1886). La communication a pour but d’examiner les activités des fouriéristes au sein du champ coopératif, d’étudier les débats que suscitent à la fin du XIXe siècle les conceptions sociétaires de la coopération (avec notamment la question de la rémunération du capital) et d’analyser la signification du projet coopératif chez les fouriéristes au début du XXe siècle, projet parfois associé à la participation des salariés aux bénéfices.

 

Valérie BAROTEAUX (CRH EHESS)

 

Séance du 7 avril 2016 – Documenter les pratiques coopératives

Alain MÉLO (AXALP Annecy)

Qu’est-ce coopérer ? Sources pour une analyse des pratiques de coopération entre acteurs du XIXe au XXIe siècle

La coopération entre acteurs peut se définir comme la création et la mise en œuvre volontaire d’un lien social spécifique, élaboré au sein d’un groupe et à son usage (G. Simondon). Elle s’appuie sur un champ d’expérience (réalité et imaginaire social, symbolique) qui détermine l’horizon d’attente du groupe (R. Koselleck). Elle se résout au quotidien par des pratiques de sociabilité et de gouvernement du groupe.

L’étude de ces pratiques donne finalement corps à ce tiers secteur, à cette économie dite sociale et parfois solidaire, dont l’histoire se résume trop souvent à un discours téléologique : de la question sociale posée à la réponse associative issue de l’application de théories sociales utopiques ou non.

Les sources existent pour aborder ce quotidien coopératif. La documentation directe issue des acteurs eux-mêmes (p.-v. de réunions et correspondance générale, notamment) reste malheureusement trop rare du fait de la disparition très fréquente des archives des entreprises de l’économie sociale (P. Toucas-Truyen) ; et un fonds comme celui des Archives de la Maison du peuple de Saint-Claude (Jura) fait exception (A. Mélo). Les documents produits à la demande des ou par les instances publiques (statuts, entre autres) permettent également d’appréhender le quotidien coopératif, certes de manière souvent détournée. Enfin, pour les périodes les plus récentes (dès la seconde moitié du XXe siècle), l’enquête orale reste un outil majeur pour l’acquisition de données particulièrement riches sur ces pratiques coopératives (posture des individus, rapports de pouvoir, représentatif du fait coopératif, etc.).

 

Thomas LAMARCHE (UMR LADYSS CNRS Paris Diderot)

La manufacture coopérative : un processus de recherche-action pour l’accompagnement à la coopération

Les coopératives sont des sociétés de personnes, par opposition aux sociétés de capitaux. D’emblée l’enjeu de la propriété commune est posée, et plus indirectement celui de la constitution des ressources communes ainsi que le rôle des dispositifs et des personnes permettant de coopérer. Coopérer non pas dans les activités de travail, ce qui n’est pas spécifique à la coopérative, mais dans les décisions, les instances, la gouvernance, en référence à l’instauration de démocratie dans l’entreprise, et plus largement dans l’action collective, en incluant la capacité des personnes à initier et transmettre les compétences collectives qui permettent à la coopérative de se développer.

L’intervention mettra en perspective le processus de Recherche action qui prend place dans La manufacture coopérative (Manufacture.coop). Le processus vise à travailler entre chercheur (principalement en économie) et acteurs afin de produire et accumuler des connaissances sur les pratiques et les règles qui permettent / qui rendent possible l’agir collectif. Il s’agit de penser la recomposition par l’ESS du rapport salarial : la mutualisation, les solidarités qui sont issues des sociétés de personnes, puis sont / ont été institués.

 

19 mai 2016 – journée d’étude sur Léon de Seilhac

 

16 juin 2016 – Du Teikei aux AMAP

Hiroko AMEMIYA (CIAPHS Rennes 2)

Du Teikei aux Amap – comment re-lier les producteurs et les consommateurs ?

Au Japon, dès les années 1970, en France à partir de 2001, les initiatives citoyennes à la recherche des aliments sains ont fait émerger des systèmes d’échanges innovants qui relient directement les producteurs aux consommateurs. Ces initiatives de circuits courts peuvent-elles se développer comme nouveau modèle de systèmes alimentaires apportant la sécurité ? Quelles sont les clés de réussite pour que ce système puisse être « économiquement viable, socialement équitable et écologiquement soutenable » ?

Je me propose d’étudier de près le système Teikei au Japon et les Amap en France dans leur contexte socioculturel. Le Japon est tenu pour être le premier pays du monde pour le nombre de coopérants en proportion de la population. Ils sont aujourd’hui 21 millions sur 127 millions de Japonais. Pourtant, ce chiffre n’a pas de rapport avec l’idéal formulé par Teruo Ichiraku (1906-1994), fondateur de l’association de l’agriculture biologique du Japon et leadeur du mouvement du Teikei. Ichiraku a échoué dans son projet de créer les réseaux de coopératives qui relient les coopératives de consommateurs, de pêcheurs et d’agriculteurs auquel il a voué son mandat de haut responsable de la coopérative agricole nationale. L’échec l’a poussé vers une démarche alternative, celle du système Teikei fondé sur l’idée de coopération entre producteurs et consommateurs. Ceux-ci sont re-liés pour s’entraider et les produits agricoles sont répartis selon l’esprit du don. Les chartes d’Amap s’inspirent du système Teikei pour renforcer les liens dans une économie solidaire. Après avoir étudié le Teikei et les Amap, je vous proposerai d’aborder la question du potentiel de l’agriculture conviviale, comme nouvelle initiative d’économie sociale et solidaire dont l’objectif est de restaurer les liens entre l’homme et la Nature.



Citer ce billet
vigna (2015, 17 novembre). Séminaire « Coopérer » – Centre Chevrier, Dijon. Mondes du travail. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aqtm

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search